Aide médicale à mourir… vous dites?

Selon le Rapport sur la situation des soins de fin de vie au Québec, depuis la mise en place de l’aide médicale à mourir (AMM) au Québec en 2015, 34 % des demandes ont été écartées entre le 10 décembre 2015 et le 31 mars 2018, soit 830 requêtes sur 2462.

De plus, 400 autres personnes admissibles sont décédées avant de recevoir l’aide médicale à mourir ou sont devenues inaptes à consentir avant de pouvoir en bénéficier. Ce sont donc 16 % des demandes qui sont demeurées lettre morte, même si la personne répondait aux critères. Un constat qui m’interroge sur la lourdeur de l’appareil administratif sous-jacent. La Commission relève que seulement 350 médecins de la province ont administré l’AMM en 2017-2018, soit 1,7 % des médecins du Québec. Près du double serait nécessaire pour répondre à la demande, selon le président de la Commission sur les soins de fin de vie. Le gouvernement a le devoir de pallier impérativement ces lacunes qui entravent malencontreusement le processus de l’aide médicale à mourir. C’est une question de respect envers ces personnes qui ne formulent qu’un vœu, mourir dans la dignité!

Henri Marineau, Québec