Aide médicale à mourir : Trudeau discrimine

Premier ministre Trudeau, vous serez à Québec ce 25 janvier. En janvier 2018, à Québec, vous nous avez invités à combattre toute discrimination. Pourtant c’est ce que vous faites avec votre Loi C-14 sur l’aide médicale à mourir. Par cette lettre, je réponds à votre invitation.

Le 10 janvier dernier, Le Soleil a éditorialé «Botter le cœur de Trudeau». À raison. Car vous avez discriminé par votre loi C-14 les personnes grandement souffrantes adultes APTES à demander et à recevoir l’aide médicale à mourir pour terminer dignement leur vie, si c’est là leur choix éclairé et libre; et cela pleinement en conformité avec le Jugement unanime de la Cour suprême/6-2-2015. Voilà le pourquoi du Procès Gladu-Truchon, procès des plus humiliants, tristes, inhumains, cruels, incompréhensibles, inadmissibles et des plus révoltants. Vous et votre gouvernement, vous en êtes pleinement responsables. De quoi pleurer devant les nombreux dommages collatéraux des plus cruels et des plus dispendieux sur tous les plans.

Osez nous annoncer ceci : mon gouvernement, avant le début de la Session à la fin du mois, demandera à la Cour suprême son avis sur la Loi C-14/aide médicale à mourir. Au nom de la COMPASSION tant pour les soignés en fin de vie ou rendus à la fin de leur vie que pour leurs soignants. Au nom de la clarté juridique pour une vie clinique plus sécuritaire et plus en sérénité à travers tout le pays, en ce qui regarde l'AMM et les soins de fin de vie. Au nom d’une énorme économie financière et juridique. Au nom d’une humanité mieux honorée. Au nom de tous les Gladu-Truchon canadiens.

De grâce, n’attirez pas notre attention avec l’élargissement de la Loi. C’est totalement un autre dossier.

Pitié, je vous en prie. Demandez cet avis à la Cour suprême. De tout cœur je vous le demande. De tout cœur la population canadienne vous en sera reconnaissante. Et j’en serai.

Yvon Bureau
Travailleur social
Coprésident du Collectif Mourir digne et libre