Adidas et U-Haul

À Montréal, on s’insurge, à juste titre, contre le fait qu’un gérant francophone d’établissement (Alexandre Des Roches) n’utilise que l’anglais dans une communication publique visant à faire la promotion d’un magasin Adidas.

Il faut dire qu’il a eu l’outrecuidance de dire quelques mots français pour «accommoder» les indigènes présents. La classe politique s’est braquée et y est allée des propos habituels. Et pendant ce temps, au vu et au su de tous, une flotte de location de camions et de remorques sillonne les chemins de «la belle province» arborant des messages unilingues anglais sur ses véhicules. Et, summum de notre «aplaventrisme», ces véhicules ne sont même pas immatriculés au Québec. Paraît par contre que cette firme paye des redevances pour circuler ici.

Pierre Gendron, Québec