À peine ouvert, le Starbucks «nul» a fait le buzz dans les médias et réseaux sociaux.

Acheter c'est voter

S'il y a une logique économique bien connue et acceptée dans la population, c'est bien l'importance d'acheter québécois. En toute honnêteté, elle devrait l'être davantage chez nous au Québec. Nul besoin d'insister! Les États-Unis abusent de cette pratique de protectionnisme à outrance; cela leur rapporte.
Ici, au Québec, on ne semble pas porter attention à cela autant que nos voisins du sud. Si tous les citoyens québécois suivaient à la lettre cette religion économique, il y aurait beaucoup plus d'investissements dans les entreprises, plus d'emplois et surtout plus de rendement au niveau économique. Alors, soyons plus monolithiques et actifs plutôt que passifs!
Pourtant beaucoup de Québécois continuent d'acheter leur café chez Starbucks et divers objets chez Walmart; cela me laisse bouche bée! Ces deux compagnies font des affaires d'or ici. Leurs profits sortent de la province et privent ainsi les compagnies québécoises de revenus et d'investissements importants. Dans vos supermarchés, exigez des produits québécois et surtout locaux. La province regorge de fabuleux produits du terroir. Il en va donc de la fierté et de la responsabilité politico-économique de chaque Québécois d'encourager son économie et ses concitoyens. Développons ensemble la pathologie de l'appartenance pour mieux la redresser. Rappelez-vous ceci: acheter c'est voter. Ne votez pas contre vous!
Michel Beaumont, Québec