Les drapeaux ont été mis en berne au Parlement à Ottawa.

Accès trop facile au parlement

Comment un homme armé a-t-il pu pénétrer aussi facilement dans le parlement à Ottawa?
Pourquoi n'y avait-il pas des policiers armés et placés dans des abris blindés avec des vitres anti-balles, agents placés de chaque côté de la porte d'entrée principale et chargés d'intervenir rapidement en cas d'attaque? Pourquoi les agents de la Gendarmerie royale du Canada qui patrouillaient en face du Parlement n'ont-ils pas arrêté le terroriste avant qu'il se dirige vers l'entrée principale? Y a-t-il eu une communication instantanément entre les patrouilleurs et les policiers placés de chaque côté de l'entrée principale? Pourquoi n'y a-t-il pas un détecteur de métal pour déceler toute arme avant l'entrée de visiteurs dans le bâtiment?
Autant de questions que l'on peut se poser à la suite de l'attaque-surprise survenue au parlement, attaque susceptible de se reproduire avec le nombre d'illuminés encore en circulation.
André Delage, Québec