Abolition des commissions scolaires

L’abolition des élections scolaires, la transformation des commissions scolaires en centres de service aux écoles, des pouvoirs accrus aux conseils d’établissement, aux directions d’écoles et aux enseignants et l’amélioration des services directs aux élèves, sont au cœur du plan de la Coalition avenir Québec (CAQ) intitulé Plan de gouvernance scolaire : remettre l’école entre les mains de sa communauté.

Aux yeux du premier ministre François Legault, les personnes les mieux placées pour connaître les besoins des élèves et donc prendre les décisions qui s’imposent, ce sont ceux qui les côtoient au quotidien, soit les enseignants, les directions d’école, le personnel et les parents, et non pas des commissaires élus par moins de 5% de la population.

Quand je porte attention à chacune des composantes du projet de la CAQ, force m’est de constater que l’objectif de proximité du processus de décision entre les divers intervenants des écoles incarne, à mon sens, la pierre angulaire essentielle qui permettra à l’école de répondre adéquatement et rapidement, délivrée de la lourde bureaucratie des commissions scolaires, aux divers besoins des élèves. La saga sur l’abolition ou non des commissions scolaires dure depuis déjà trop d’années… Place à un changement pragmatique!

Henri Marineau, Québec