Véronique Lalande

8000 emplois et des poussières

En réaction au texte «Fini le tumulte avec le Port, assure Jean D'Amour», paru le 4 mai
M. D'amour, 
Dans cet article, vous affirmez : «Le port, en termes d'emplois directs, c'est près de 8000 jobs dans la région de Québec. [...] Nous, on espère que ça se fasse et qu'on bénéficie des retombées. [...] Le Port s'est développé pendant des siècles, on veut le développer encore.»
Même le Port n'a jamais fait une telle affirmation. Le chiffre de 8000 emplois fait toujours référence aux emplois directs, indirects et induits au Canada. Je comprends les efforts un peu désespérés de votre gouvernement pour sauver ce mauvais projet au mauvais endroit, mais votre charge publique, dans un ministère économique de surcroît, devrait vous amener à réviser vos chiffres 8000 fois plutôt qu'une.
Pour ce qui est de votre autre affirmation : «Mon rôle est de faire en sorte que les citoyens reçoivent la bonne information et qu'ensemble on prenne la bonne décision», je vous rappelle que près de 100 000 citoyens de la grande région de la capitale nationale reçoivent pour l'instant plus de poussière que d'informations en provenance des installations portuaires. Il serait souhaitable que votre gouvernement mette autant d'énergie à régler ce problème... puisqu'il constitue actuellement la plus grande menace au développement de l'industrie maritime dans notre région.
Véronique Lalande, Initiative citoyenne de vigilance du Port de Québec