Carrefour des lecteurs

Pour allumer l’indépendance

Il faudra mettre en lumière avec courage et conviction l’ultime projet de l’indépendance sans cesse camouflé par des stratégies tordues, lesquelles traduisent cette incapacité évidente à le vendre avec limpidité.

Bien entendu, les discours vibrants, les poèmes bouleversants alimentent l’imaginaire collectif avec extase et engouement, mais ces élans sont éphémères! 

Nathalie Leclerc choisie comme candidate péquiste devra faire plus que de mettre en évidence le passé du grand poète branché sur des idéaux de grande amplitude. Il faudra dépasser les nostalgies du passé et composer avec le Québec de 2018! 

Un pays à bâtir enraciné dans la réalité de 2018 s’actualise de façon cohérente, composant avec les contraintes engendrées par la rupture avec le lien constitutionnel actuel. S’impose la mise en chantier d’un plan explicite, inventif, visionnaire pour s’affranchir d’un cadre économique décrié comme stérile et devant être abandonné . 

Une démonstration rigoureuse d’indépendance limpide est de mise, laquelle a toujours fait défaut dans ces approches à petits pas, de conditions gagnantes, de saisons des idées, etc. Madame Nathalie Leclerc devra faire plus que d’immortaliser le souvenir de son père.

Douglas Beauchamp, Québec

Carrefour des lecteurs

Mauvaise gestion du barrage du lac Saint-Charles

L’inondation aurait probablement pu être évitée. Nous ne sommes pas au printemps avec dégel continu, mais au cœur d’un hiver particulièrement froid et il n’y a eu que deux jours de bruine et quelques heures de pluie, suivis d’un - 30°C.

La neige a absorbé la plus grande partie de l’eau et la rivière pouvait absorber le ruissellement si le niveau du lac avait été temporairement relevé pour ne laisser augmenter le débit au barrage que très progressivement dans les jours suivants.

Gaétan J. Gagnon, Pont-Rouge

Carrefour des lecteurs

Les élus forts de Québec

Gérard Deltell, Sam Hamad et maintenant Agnès Maltais.

Qui va pouvoir se lever pour défendre les dossiers de la région de Québec au provincial? Geneviève Guilbault de la CAQ? J’en doute fort et François Blais est bien loin de me réconforter. Déjà que Justin Trudeau ne juge pas nécessaire de nommer un ministre responsable de la région de Québec, la région n’aura plus de grandes voix. 

Le seul chef de parti qui se présentera dans la région est Adrien Pouliot dans Chauveau pour le Parti conservateur du Québec. Faudra voter pour lui, il reste notre seule option forte dans Québec.

Eric Barnabé, Québec

Carrefour des lecteurs

Les élus forts de Québec

Gérard Deltell, Sam Hamad et maintenant Agnès Maltais. Qui va pouvoir se lever pour défendre les dossiers de la région de Québec au provincial?

Geneviève Guilbault de la CAQ? J’en doute fort et François Blais est bien loin de me réconforter. Déjà que Justin Trudeau ne juge pas nécessaire de nommer un ministre responsable de la région de Québec, la région n’aura plus de grandes voix. Le seul chef de parti qui se présentera dans la région est Adrien Pouliot dans Chauveau pour le Parti conservateur du Québec. Faudra voter pour lui, il reste notre seule option forte dans Québec.

Eric Barnabé
Québec

Carrefour des lecteurs

Le temps des incompétents

Le lundi 15 janvier, une dame à la voix doucereuse y allait d’un message dans 31 boîtes vocales de 31 logements des rues Cartier et Crémazie Ouest, dans le quartier Montcalm à Québec.

Elle disait que le mercredi 17 janvier, Hydro-Québec (pour vous de l’étranger : la compagnie d’électricité du Québec, supposément un bien collectif) ferait des travaux «dans notre secteur», et cette dame précisait : de 9h45 à 16h.

Donc, comme annoncée, panne complète à 9h45, en matinée, au moment où j’écris ces lignes.

À 15h45, trois camions d’Hydro-Québec stationnent, rue Crémazie, en attente. Dans la ruelle, deux autres camions, les girafes en l’air, servent à quelque chose. Je m’approche. Un travailleur me dit que leur mandat consiste à changer les poteaux et à refaire les raccordements. Je fais valoir qu’on nous a précisé que la fin des travaux serait à 16h. D’un air étonné, il me répond simplement par un constat-question : «Vous ont-ils dit 16h?» Et, même taraudé, il ne veut rien me préciser.

On comprendra que les 31 logements sont sans chauffage depuis la matinée, sans mets à cuisiner, et pour beaucoup sans téléphone. Peut-être se trouve-t-il de très jeunes bébés plongés dans cette histoire, car, par bonheur, des mères, des pères poussent des poussettes dans le quartier.

Je travaille sur l’histoire du climat québécois depuis les années 1970. Tout de suite un constat : c’est le pire temps de l’année pour se retrouver dans une pareille situation. Ce ne sont pas les travailleurs dans la ruelle avec qui j’ai causé à deux reprises qui en sont responsables.

Qui donc, en amont, souffrant d’incompétence crasse, a eu cette idée géniale d’un pareil travail à la mi-janvier au Québec sans jamais tenir compte de la population qui vit en ces lieux? Quel salaire touche cette personne pour de pareilles décisions?

Nous vivons dans une société molle, une société de guimauve, une société approximative qui avale sans réagir des manières de faire aussi farfelues, et sans se soucier de consulter la population qui s’en trouve engagée par la suite. Quand, enfin, nous tiendrons-nous debout pour que cessent de pareilles folies?

Il est 20h45, l’électricité revient à l’instant, après 11 heures d’interruption en plein cœur de l’hiver, pour changer quelques poteaux dans une ruelle, et en faire payer le prix aux résidents des alentours.

Vraiment, il faut que cesse ce temps des incompétents, qui ne se soucient même pas de ce que les autres pourraient en baver. Et en plein cœur de l’hiver.

Jean Provencher
Historien

Carrefour des lecteurs

Jouer au centre

C’est souvent amusant de comparer la politique et le hockey, deux de nos grandes passions. Le Canadien va mal. Et, selon plusieurs chroniqueurs, le PQ va mal. Le Canadien aurait besoin de meilleurs joueurs de centre, c’est certain. Cependant, on ne craint pas que le club... disparaisse! Est-ce que le Parti québécois va disparaître?

Allons donc! La force du PQ, c’est justement qu’il joue «au centre». La CAQ est à droite. Le PLQ est rendu à droite de la droite. Québec Solidaire est très à gauche. Le PQ, lui, est flexible: il flirte parfois avec la gauche, parfois avec la droite. C’est l’idéal. Car ce n’est pas bon que les politiques soient toutes élaborées en fonction de la même idéologie.

Certains critiquent aussi le coach, Jean-François Lisée. Au hockey, même un entraîneur moyen peut mener son équipe à la victoire s’il sait former une bonne équipe. Le PQ a toujours eu de bonnes équipes. Des députés qui ont le droit de penser et de parler. Des candidats qui ont des idées et des projets à court, à moyen et à long terme. Des gens sincères. Et les partisans font aussi partie de l’équipe. Ainsi, démontrer un peu d’enthousiasme ne ferait pas de tort...

Hélène Marquis
Québec



Carrefour des lecteurs

Au tour de l’Obelix

En réaction au texte «M. Blaney a des trous de mémoire» par Normand Lemyre paru le 13 janvier.

Lire le texte ici.

Feriez-vous construire votre maison par un entrepreneur en faillite qui n’a pas fini la dernière qu’il construisait? C’était malheureusement la situation en 2011 pour le chantier Davie, ce qui explique pourquoi il ne s’est alors pas qualifié pour la stratégie nationale. C’est l’argent des contribuables après tout et le vôtre!

Mais le ministre Ed Fast et moi avons alors facilité la reprise en main du chantier par une nouvelle équipe de gestion compétente qui a livré le Cecon avec brio comme vous le rappelez si bien. Et c’est pourquoi nous avons ensuite octroyé l’Asterix qui est une autre réussite.

Cette semaine, lors de son passage à Québec, Justin Trudeau devrait suivre notre exemple, commander l’Obelix et aussi mettre en service de nouveaux brise-glaces de toute urgence. Selon moi, c’est drôlement plus important que de légaliser la marijuana!

Steven Blaney, Lévis

Carrefour des lecteurs

Un pôle à l’îlôt Fleurie?

L’été dernier, un participant aux consultations sur la mobilité durable a suggéré de déplacer le futur pôle d’échange de Saint-Roch (La Pointe-aux-Lièvres) vers le sud afin d’éviter que des passagers provenant des secteurs Nord et Est n’aient à effectuer un transfert pour se rendre sur la Colline parlementaire. Tout en reconnaissant que des investissements sont déjà prévus à la Pointe-aux-Lièvres et peu importe le choix à venir d’un système d’autobus conventionnels amélioré, d’un SRB ou d’un tramway, cette proposition est pleine de sens.

Ne serait-il pas possible d’utiliser l’espace sous l’îlot Fleurie afin de créer un pôle à partir duquel les passagers utiliseraient des escaliers mécaniques ou ascenseurs à flanc de l’escarpement pour accéder au Carré d’Youville et la Colline parlementaire via des passages souterrains avec tapis roulants s’il y a lieu? Un lien piétonnier couvert pourrait aussi joindre la Gare du Palais.

Cette proposition de l’îlot Fleurie permettrait de diminuer de façon importante le nombre d’autobus devant circuler sur la Côte d’Abraham, sur Honoré Mercier et au Carré d’Youville. Si éventuellement le boulevard Charest est choisi pour y faire circuler un nouveau moyen de transport collectif vers l’Ouest, ce nouveau pôle serait d’autant plus pertinent. Ce pôle d’échange pourrait permettre enfin de réunir les haute et basse villes comme déjà souhaité via un escalier dit «Jean-Paul L’Allier».

Jacques Martin, Québec

Carrefour des lecteurs

Qui sont les cabochons?

La quote-part d’agglomération de Saint-Augustin est passée de 24,5 millions $ en 2017 à 26,7 millions $ en 2018, soit une augmentation de 8,9 % (plus que six fois l’inflation). Cette nouvelle augmentation de la dépense de quote-part est à elle seule responsable du premier 4 % de l’augmentation de taxes de Saint-Augustin sur les 4,39 % global. Pour être honnête, n’est-ce pas une «taxe quote-part» plutôt qu’une «taxe Corriveau»? Prétendre le contraire est malhonnête et injuste.

Le procès concernant les montants versés pour les frais d’agglomération à Québec par L’Ancienne-Lorette débutera le 5 février prochain. La réclamation de cette dernière se situe à environ 30 millions $, incluant les intérêts encourus, ce qui représente au prorata 45 millions $ pour Saint-Augustin. L’avenir nous dira bientôt qui sont les véritables «cabochons», pour reprendre les termes du maire lors de la présentation du budget 2018.

En terminant, je me permets de rappeler que Saint-Augustin s’est vu décerner récemment le titre de meilleure ville au Québec et deuxième au Canada pour sa qualité de vie. Certaines bonnes choses ont donc dû être réalisées au cours des 10 dernières années! Pas pire pour une équipe de «cabochons».

Marcel Corriveau, ex-maire de Saint-Augustin-de-Desmaures

Carrefour des lecteurs

Quel pays de merde au juste?

Donald Trump utilise le terme «pays de merde» pour désigner certains pays étrangers. Sait-il vraiment ce que cela signifie? Est-ce un pays où tous les gens n’ont pas accès à un système de santé adéquat? Est-ce un pays où il y a de plus en plus de catastrophes naturelles affectant les habitants, que ce soit des ouragans, des inondations, des sécheresses, des feux ou des coulées de boue? Est-ce un pays où les infrastructures ont grandement besoin d’être réparées?

Est-ce un pays où l’écart est croissant entre les riches et les pauvres? Un pays avec un système d’éducation inadéquat ou beaucoup trop cher? Est-ce un pays où plusieurs villes sont infestées par les rats? Est-ce un pays où le déficit budgétaire accumulé est énorme? Est-ce un pays où des dizaines de milliers de vies sont perdues chaque année à cause de crimes impliquant des armes à feu?

Est-ce un pays où un pouvoir étranger peut influencer le résultat d’une élection nationale? Est-ce un pays où le dirigeant et des membres de sa famille sont sous enquête? Est-ce un pays où la modification du code fiscal permet d’enrichir le dirigeant du pays? Est-ce un pays où l’on trouve de multiples religions, dont l’islam? Est-ce un pays qui attaque un autre pays sans avoir d’abord été attaqué?

Si c’est cela, alors Donald Trump pourrait devoir songer à déménager.

François Ouellet, Québec