«Ces jours-ci, après un acte haineux cherchant à semer la terreur, on termine en disant que cette ou ces personnes veulent implanter un sentiment de peur chez une communauté. Je ne peux qu’acquiescer, bien entendu. Du même souffle, je dirai que ce qui motive le terroriste, c’est aussi la peur», écrit André Kirouac de Québec.
«Ces jours-ci, après un acte haineux cherchant à semer la terreur, on termine en disant que cette ou ces personnes veulent implanter un sentiment de peur chez une communauté. Je ne peux qu’acquiescer, bien entendu. Du même souffle, je dirai que ce qui motive le terroriste, c’est aussi la peur», écrit André Kirouac de Québec.

Campagne de vaccination contre la peur de l’autre

André Kirouac
André Kirouac
Québec
Article réservé aux abonnés
POINT DE VUE / La première fois où j’ai travaillé dans un musée dont une salle était consacrée aux guerres, j’avais 17 ans. La dernière fois où je suis sorti d’une telle salle d’exposition, c’était il y a deux mois après 44 années à côtoyer des hommes et des femmes qui ont connu, et connaissent encore, les guerres. Quelque 44 années à réfléchir à la question que se sont posée un jour Freud et Einstein. Pourquoi la guerre?