Ça va coûter une beurrée!

Le 4 milliards $ pour le tunnel, c’était pour un tunnel sans sortie. Cinq sorties avec au moins quatre tunnels — une entrée et une sortie de chaque côté — à chaque sortie, le tout pour emmener de 2000 à 3000 voitures de plus au pied de la côte D’Abraham déjà bouchonnée chaque matin.

Il faudrait une autoroute jusqu’au complexe G. Mais pourquoi construire un trajet routier et un tramway à coût de milliards de dollars pour faciliter l’accès au travail de milliers de fonctionnaires sur la colline parlementaire, alors qu’il serait possible de déplacer quelques milliers de fonctionnaires à Lévis à coût presque nul et en moins de temps qu’il n’en faut pour construire ces deux projets ?

Éric Barnabé 

Candidat PCQ dans Jean-Talon, partielle 2019

Québec

+

NÉ POUR UN P'TIT PAIN

Mélange de peur et de raison, le syndrome «né pour un p’tit pain» ressort de la fibre canadienne-française qui habite encore des politiciens et commentateurs d’ici dans leurs propos concernant le nouvel ALENA. Tous appellent au réalisme, à la lucidité, parlant d’un compromis ayant permis d’obtenir le maximum. Le Québec écope, mais c’est ainsi et il faut l’accepter. 

On oublie trop vite que nos producteurs laitiers sont encore pénalisés et, dans le secteur de l’aluminium, la situation pourrait être tragique comme le démontrait la délégation du Saguenay venue faire pression à Ottawa.

Le premier ministre du Québec François Legault a beau soutenir qu’il n’y a pas eu de changements pour cette industrie, cela ne tient pas la route et il le sait, l’acier de l’Ontario étant dorénavant protégé, l’aluminium du Québec, non!

Le Bloc québécois se tient debout et il cherche des solutions.

C’est mieux que d’avaler le p’tit pain, à genoux, en disant merci.

Richard Gagné

Sainte-Pétronille