«Avec parfois jusqu’à 160 étudiant.es sous leur responsabilité, forcé.es de revoir et de réinventer à vitesse grand V l’ensemble de leur pédagogie, [...] les enseignant.es se sont relevé les manches et, au Cégep de Sainte-Foy, ce sont près de 1300 élèves qui vont diplômer en juin grâce à elles et eux», écrit Amélie-Elsa Ferland-Raymond.
«Avec parfois jusqu’à 160 étudiant.es sous leur responsabilité, forcé.es de revoir et de réinventer à vitesse grand V l’ensemble de leur pédagogie, [...] les enseignant.es se sont relevé les manches et, au Cégep de Sainte-Foy, ce sont près de 1300 élèves qui vont diplômer en juin grâce à elles et eux», écrit Amélie-Elsa Ferland-Raymond.

Bravo aux professeur.es des cégeps

POINT DE VUE / Madame De Koninck, dans votre lettre d’opinion du 24 mai, vous avez sévèrement critiqué les membres du corps professoral collégial. Je comprends vos préoccupations pour vos petits-enfants, elles sont toutes à votre honneur. En même temps, plutôt que de semoncer les professeur.es de cégeps, je vous invite à leur lever votre chapeau. Dans les circonstances, leur travail n’est rien de moins qu’exceptionnel. 

En deux semaines seulement, c’est toute la nature de celui-ci qui s’est vue transformée radicalement. Avec parfois jusqu’à 160 étudiant.es sous leur responsabilité, forcé.es de revoir et de réinventer à vitesse grand V l’ensemble de leur pédagogie (comment enseigner en inhalothérapie, en foresterie, en éducation physique, en design de présentation — par exemple — à distance ?), les enseignant.es se sont relevé les manches et, au Cégep de Sainte-Foy, ce sont près de 1300 élèves qui vont diplômer en juin grâce à elles et eux. Et c’est sans compter les 5000 autres qui poursuivront leur cheminement.

À LIRE AUSSI: Mais qui donc s’intéresse aux étudiants au cégep?

Là où je vous donne raison, c’est que le collégial est complètement oublié par le ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Dans l’angle mort de celui-ci, le réseau souffre d’un manque flagrant de directives, d’une invisibilité patente et ne profite d’aucun ajout de ressources. Vous dites que les cégeps sont négligés et nous abondons en ce sens.

Du côté du Cégep de Sainte-Foy, je peux vous assurer que les communications aux élèves sont fréquentes. Mais comment la Direction et les professeur.es peuvent-ils informer les étudiant.es concernant les décisions qui relèvent exclusivement du ministère et qui tardent (c’est un euphémisme) à venir ? Il serait injuste de tirer sur le messager. Je peux vous garantir que nos profs, comme nos directions d’établissement, souhaiteraient voir s’accélérer les choses.

À LIRE AUSSI: Les cégeps et la COVID-19: un personnel professionnel qui mérite d’être salué!

Oui, les enseignant.es travaillent d’arrache-pied pour mettre l’épaule à la roue « sociale », avec beaucoup de détermination et malgré la fatigue. Ils et elles le font avant tout pour leurs étudiant.es, et pour contribuer à l’ensemble de la société. Vous savez, mes collègues sont humains, comme vous, comme leurs élèves. Épuisé.es, et vivant les impacts psychologiques, physiques et relationnels de la pandémie. Nous ne sommes pas des machines. Pour toutes et tous, la charge de travail a explosé. Plusieurs ont dû enseigner avec des enfants aux couches sur les genoux ou courant autour d’eux, faute de garderies et de grands-parents disponibles. D’autres ont perdu un parent de la COVID-19 et ont, malgré tout, continué le travail. Le corps professoral relève d’immenses défis, alors que le contexte est incertain et insécurisant et que les consignes gouvernementales en vue de l’automne sont toujours inexistantes.

Au Cégep de Sainte-Foy, et dans les autres cégeps de la province à n’en point douter, les professeur.es ont tout donné pour permettre à leurs étudiant.es de compléter leurs apprentissages cette session. Et pour cela, je nous invite collectivement à plus de reconnaissance et de bienveillance à l’égard de leur inestimable travail.