Le premier avis de la Commission d’urbanisme, émis en septembre 2013, a été très négatif sur le concept d’une tour d’inspiration «Dubaï».

Associer les citoyens aux délibérations de la Commission d’urbanisme

Un article de François Bourque intitulé «Le Phare est-il le projet exemplaire attendu?» m’a particulièrement interpellée ce matin du 4 mars

Il y apparaît que la Commission d’urbanisme a donné récemment un avis favorable à la réalisation de ce projet. Toutefois, les travaux de cette instance de la Ville qui rassemble trois élus et sept spécialistes (architectes, urbanistes, etc.) sont confidentiels.

Il y a cinq ans, un chef d’équipe travaillant au sein de cette Commission avait expliqué que la Commission travaillait selon une approche client dans laquelle seuls les promoteurs étaient considérés comme des clients, les citoyens étant exclus de ces travaux, il en résultait que les citoyens pouvaient se sentir mis devant une situation où leur seul recours était de s’engager dans une opération lourde de référendum.

Dans une optique où la Ville a avancé, à plusieurs reprises, qu’elle souhaitait associer les citoyens à l’élaboration des projets plus «en amont», que la Ville entendait rendre plus transparents les processus menant à des décisions quant aux projets des promoteurs, il serait temps, pour moi, de modifier les règles de fonctionnement de la Commission d’urbanisme. Cela paraît d’autant plus pressant que les citoyens n’auront plus sous peu le droit au référendum – soit après l’adoption d’une politique de consultation publique la Ville de Québec.

À mes yeux de citoyenne ordinaire, cela est urgent, d’autant que certains projets, tel Le Phare, peuvent modifier pour très longtemps les quartiers environnants, mais aussi la dynamique de développement de l’ensemble de la Ville. L’équipe Labeaume, au pouvoir jusqu’en novembre 2021, montrera-t-elle concrètement qu’elle croit sérieusement au bienfait d’une consultation en amont des citoyens en associant ces derniers aux travaux de cette Commission? J’avoue que je le souhaite tout en étant, hélas, plutôt sceptique.