Apprendre à vieillir

POINT DE VUE / Ce n’est pas une affirmation, c‘est plutôt un appel à la réflexion et un rendez-vous avec soi-même puisqu’il s’agit d’une situation traitée à maintes reprises : le phénomène du vieillissement est un processus qui commence dès la naissance et auquel personne n’échappe, quel que soit sa fortune ou son statut social.

Ces diverses étapes de la vie nous amènent, après des années sur le marché du travail, à celle de la retraite qui n’est pas nécessairement la dernière. On sait que l’espérance de vie a franchi le cap des 80 ans. C’est donc au-delà de la retraite que la période du vieillissement prend son envol. Il est bon d’observer toutes les périodes de l’existence à travers un phénomène constant, soit l’apprentissage: parler, écrire, lire, s’instruire, etc. En réalité, apprendre c’est le lot de toute une vie.

À l’étape de la retraite qui n’est pas nécessairement la fin d’une vie alors qu’une autre période nous rattrape, il est recommandé d’observer la vie avec un regard averti, ce qui se traduit par «apprendre à vieillir». C’est-à-dire prendre le temps, agir prudemment, apprendre et reconnaître que nos capacités physiques et psychologiques ont perdu de leur acuité. Que des travaux manuels doivent être relégués aux oubliettes. Il ne faut ni s’humilier ni se culpabiliser si les nouvelles technologies ne font pas partie de nos priorités.

Le temps est venu de poser des gestes d’affection et de tendresse, et ce, en opposition avec le fait que la libido a pris un coup de vieux. Se donner du temps pour alimenter notre esprit par des lectures judicieusement choisies et qui conviennent à nos goûts.

En résumé, «apprendre à bien vieillir» est une avenue à cultiver pour se garder alerte et en forme. Quel bon moyen pour repousser notre âge chronologique! Ainsi cette attitude nous invite à développer des talents, qu’on a enfouis par la force des choses, et qui nous font revivre des périodes enrichissantes du passé.

Bien vieillir, c’est se donner de beaux et merveilleux moments de paix et de sérénité. C’est aussi assurer notre sécurité. Les inquiétudes ont un lien avec cet aspect de nos vies pouvant entraîner stress et même dépression. Si cette partie de notre vie est bien planifiée, nous éviterons ces périodes dévastatrices qui viennent chambouler notre existence.

Pour une conclusion positive à cet appel pour une réflexion, quoi de mieux que des extraits de ce magnifique poème de Félix Leclerc intitulé: Vieillir en beauté.

Pour Félix, «c’est un privilège qui est refusé à beaucoup tout en gardant son corps sain en dedans et beau en dehors sans pleurer sur ses souvenirs d’antan et être fier d’avoir des cheveux blancs». Et Félix termine par une expression réaliste: «Ce n’est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes». Alors que Michel Drucker insiste pour dire: «apprendre à vieillir c’est apprendre à ne pas devenir vieux».

Aujourd’hui, il est un moment propice et compensatoire auquel nous avons droit si on a appris «à bien vieillir».