Les coprésidents du Collectif Mourir digne et libre s'opposent à la demande de prolongation de cinq mois pour la mise à jour de la Loi sur l’aide médicale à mourir.
Les coprésidents du Collectif Mourir digne et libre s'opposent à la demande de prolongation de cinq mois pour la mise à jour de la Loi sur l’aide médicale à mourir.

Aide médicale à mourir: non à la prolongation de cinq mois

Ghislain Leblond et Yvon Bureau
Ghislain Leblond et Yvon Bureau
Coprésidents du Collectif Mourir digne et libre
POINT DE VUE / Honorables ministres Patty Hajdu et David Lametti. Désolés. Nous nous opposons totalement à votre demande de prolongation de cinq mois. 

L’espoir intense nous envahit: que l’Honorable juge Baudouin vous refuse rapidement cette seconde demande de prolongation pour la mise à jour de votre Loi sur l’aide médicale à mourir. 

Pourquoi ce refus? Par compassion et par humanité. Même, par fierté pour sa noble Fonction. Aussi, au nom de son inquiétude justifiée et déjà manifestée pour les gens «qui éprouvent au quotidien des souffrances intolérables» et qui attendaient le 11 mars afin de pouvoir demander à leur médecin de les aider à mettre fin à leurs jours.» 

La pandémie, loin d’être un frein, elle est une intense invitation à œuvrer davantage pour l’arrivée d’une Loi porteuse de plus de compassion, de plus de respect, de plus de cohérence, de plus de sécurité et surtout de plus de dignité et de sérénité.

Nous ne cessons d’espérer ceci. Avec ce refus immédiat, le concept de «mort naturelle raisonnablement prévisible» mourra de sa belle mort, par anémie, le 12 juillet prochain 2020, toléré péniblement jusqu’à sa fin. Prendra fin ainsi l’inhumaine discrimination des grands souffrants adultes aptes; il en sera plus que temps!

Honorables ministres de la Justice et de la Santé, à compter de maintenant, que le Comité pour amender le projet de loi C-7 se réunisse, au besoin virtuellement. À travers le pays, nous sommes plusieurs à être plus que prêts à être consultés de nouveau. Mis à jour et bonifié durant cet été, le PL C-7 sur l’aide médicale à mourir sera plus que consistant pour le début de la prochaine session, en septembre prochain.