À quand l'aide pour les personnes assistées sociales?

C’est l’été, c’est les vacances. Tout est un peu au ralenti. Après un printemps de luttes acharnées pour revendiquer une aide financière d’urgence pour les personnes assistées sociales, les groupes de défense collective des droits sont à bout de souffle.

On ne sait plus quoi faire pour faire passer le message. Encore cette semaine, une dame m’écrit pour me rappeler que les aîné(es) vont recevoir leur aide d’urgence, mais que les personnes assistées sociales n’ont toujours rien eu. Je ne sais plus quoi lui répondre. 

«Désolée madame, il n’y a plus rien à faire, le gouvernement ne vous aidera pas.» Je refuse de baisser les bras, mais le constat est désespérant : le gouvernement refuse d’accorder une aide financière d’urgence aux personnes assistées sociales. Que faire devant une telle fermeture? Que faire devant une telle déshumanisation? Parce que c’est ce dont il s’agit. En refusant d’aider financièrement les personnes assistées sociales, le gouvernement balaie d’un même souffle la dignité de ces personnes et leur droit à une protection en temps de crise. On leur fait comprendre qu’on les aide déjà et qu’elles devraient se contenter de leur chèque pour éponger les coûts de la crise. 

J’aimerais bien qu’on m’explique comment une personne devrait vivre avec 690$ par mois et soudainement payer des dépenses supplémentaires par-dessus le marché! Déshumanisation est alors un mot bien faible pour décrire ce que vivent les personnes assistées sociales. Alors, je lui réponds quoi, à la dame? Je lui répondrai que nous sommes toujours au front pour faire entendre sa voix et défendre ses droits, mais par les temps qui courent, qui écoutera?

Roxane Blanchet, Militante salariée dans un groupe de défense collective des droits des personnes sans emploi