«Ne combattez pas le temps d’écran. Combattez plutôt le temps où nous sommes passifs devant lui et celui où nous ne faisons que reproduire les mêmes actions répétitives ou passives, comme avec les jeux ou les distractions télévisuelles ou vidéo», suggère André Verville. 
«Ne combattez pas le temps d’écran. Combattez plutôt le temps où nous sommes passifs devant lui et celui où nous ne faisons que reproduire les mêmes actions répétitives ou passives, comme avec les jeux ou les distractions télévisuelles ou vidéo», suggère André Verville. 

À propos de ce fameux «temps d’écran»

André Verville
André Verville
Lévis
POINT DE VUE / L’expression a depuis quelque temps une signification péjorative. Le «temps d’écran» est vu comme une forme d’addiction qui doit absolument être réprimée. Et pourtant... 

Presque du même souffle, on vante les mérites de la lecture! Un écran est un médium. Un livre en est un aussi, avec une fonctionnalité réduite. Alors, pourquoi l’un est-il autant honni alors que l’autre est glorifié?

Les écrans sont aujourd’hui devenus les principaux outils de notre intellect. Ils sont polyvalents et interactifs et en ceci, ils ont un potentiel immensément plus riche que le papier qui, lui reste passif et figé. Le papier a été omniprésent dans nos vies depuis des décennies et même des siècles, mais il sera de plus en plus remplacé par des écrans. Qu’y a-t-il de fondamentalement mauvais là-dedans? En quoi une encyclopédie internationale et universelle comme Wikipédia est-elle une plaie quand on la compare à l’encyclopédie Grolier que venaient nous vendre les représentants itinérants de mon enfance et qui accumulait la poussière sans que personne ne se donne la peine d’y chercher quelque chose, jusqu’à ce que l’information qu’elle contient ne soit plus à jour et qu’on lui découvre une plus grande utilité pour allumer le poêle.

C’est plutôt la facilité et la paresse que nous devrions combattre, celle qui fait que nous laissons le médium faire tout le travail à notre place: de la restauration rapide au service à l’auto plutôt que de cuisiner soi-même son repas intellectuel.

Ne combattez pas le temps d’écran. Combattez plutôt le temps où nous sommes passifs devant lui et celui où nous ne faisons que reproduire les mêmes actions répétitives ou passives, comme avec les jeux ou les distractions télévisuelles ou vidéo.

Les écrans sont des outils. Et en ceci, ils ne sont pas si différents d’un simple marteau, qui est très utile pour planter des clous: le défi, c’est d’apprendre à s’en servir sans se taper sur les doigts.