Le chalet Nöge 01 à Sainte-Brigitte de Laval, disponible sur WeChalet.

WeChalet, des chalets dans la paume de la main

Les prochains mois seront occupés et déterminants pour WeChalet. Cette version québécoise de Airbnb destinée à la location de chalets prendra les bouchées doubles pour renouveler son site Web, attirer plus de locateurs et dénicher des investisseurs, question de passer à un «plus haut niveau» en 2020.

Lancés en octobre 2018, l’application mobile et le site Internet WeChalet rassemblent plus de 300 résidences en nature à louer. C’est peut-être peu en comparaison des 3000 que comptent, chacun, les compétiteurs chaletsalouer.com et chaletsauquebec.com. Mais le créateur de WeChalet, Dany Papineau, y voit un premier pas pour prendre d’assaut le marché des plateformes communautaires de location.

Le Bromontois de 45 ans est l’homme derrière AirbnbSecrets, un blogue doublé d'un cours en ligne dans lequel il dévoile ses astuces dans la location à court terme. «J’ai vu Airbnb grandir, ça change tellement le monde!» lance-t-il.

Mais Airbnb est surtout présent en ville. M. Papineau veut profiter du «lien à la nature», une niche en croissance, selon lui. D’où l’idée de se concentrer sur les chalets. Et, surtout, de simplifier la vie des locateurs et propriétaires.

Lancés en octobre 2018, l’application mobile et le site Internet de WeChalet seront renouvelés d’ici la fin de l’année.

«Avez-vous déjà essayé de louer votre résidence en ligne? C’est assez complexe. Pour que ça fonctionne, il faut l’offrir sur plusieurs sites. C’est un enfer de faire la gestion de tout ça. Et ce n’est jamais à jour», dit l’ex-comédien (lire encadré).

Sa solution : l’automatisation. M. Papineau a développé une application qui permet de louer instantanément une propriété et de diffuser l’info en temps réel sur toutes les plateformes. Ainsi, quand un client passe par WeChalet, les calendriers sont ajustés automatiquement sur les autres sites Web de location. «C’est un one stop shop qui permet de simplifier la location et d’accompagner les hôtes pour donner de meilleurs services», explique l’homme d’affaires.

Le chalet Nöge 01 à Sainte-Brigitte de Laval, disponible sur WeChalet.

L’inscription est gratuite pour tous. C’est au moment de la transaction qu’une commission est retenue sur le tarif : 3 % pour les hôtes, 6 % à 12 % pour les voyageurs, soit des tarifs comparables à ceux d’Airbnb.

Objectif 2020

Le site Web et l’application seront renouvelés avant la fin de l’année. M. Papineau espère ensuite faire grimper à 10 000 le nombre de résidences inscrites. Il s’est aussi mis en quête de nouveaux investisseurs pour l’aider à accéder à un «plus haut niveau». Il profite d’ailleurs déjà de l’appui de MtLab, un incubateur québécois d’innovations en tourisme.

M. Papineau a de grandes ambitions pour son bébé, qu’il rêve de transformer en «icône technologique pour les Québécois». Et pourquoi ne pas viser un marché global? Déjà, WeChalet offre une poignée de résidences en France, en Floride, à Vancouver et au Costa Rica. Sans toutefois renier son origine québécoise et payer ses impôts dans la Belle Province, plutôt que d’enrichir des entreprises étrangères.

M. Papineau avait d’ailleurs fait parlé de lui en 2016 après que Revenu Québec lui a réclamé plus de 60 000 $ en TPS, TVQ et taxes d’hébergement impayées. Une réclamation remboursée au fisc, mais qui fait l’objet d’une bataille légale depuis. «La cause sera entendue au mois de novembre, à moins que Revenu Québec ne fasse une entente hors cour. La question qui est posée est la suivante : les propriétaires doivent-ils percevoir les taxes ou les plateformes doivent-elles le faire? Le jugement fera jurisprudence.»

À suivre.

Infos : wechalet.com

Dany Papineau, créateur de WeChalet

+

Du cinéma à la location

Dany Papineau a fait carrière au cinéma pendant 18 ans, devant et derrière la caméra. Il a notamment signé le scénario et la réalisation du film 2 Frogs dans l’Ouest, qui mettait en vedette Mirianne Brûlé et lui-même. Un long-métrage autofinancé qui l’a poussé au bord de la faillite. C’est son succès en location sur Airbnb qui lui a permis de s’en sortir. «Il y a tellement d’opportunités là-dedans qu’on dirait que ça m’allume plus que le cinéma maintenant, explique-t-il. De plus, quand tu sors un film en salles, tu ne peux plus y toucher. Alors qu’un projet comme WeChalet, tu peux toujours continuer de l’améliorer.» Francis Higgins