La façade d'origine (en haut à droite) était munie d’une marquise plus imposante. Chloé Barabé a simplifié les lignes et changé la porte de garage. «Derrière la marquise, il y avait un volume intéressant qui rappelle les maisons scandinaves. On a joué avec les matériaux pour remettre cette volumétrie de l'avant et donner un look plus moderne.»

Vos rénos: projet mère-fille

Quelques jours par mois, Chloé Barabé vient travailler chez sa mère, à Lac-Delage. «C’est beau et lumineux. Venir ici, c’est comme aller à la campagne, il y a un rythme différent. Et je suis toujours la bienvenue.»

La jeune femme de 31 ans, fondatrice de B Architecture, signe le réaménagement de cette demeure, achetée par sa mère et son conjoint il a deux ans jour pour jour.

«Sans être dans le domaine, j’ai passé ma vie à bricoler mes maisons et à faire des rénos. La pomme n’est pas tombée loin de l’arbre», glisse Joanne Barabé, en couvant sa fille du regard.

La complicité entre les deux femmes est palpable. La fierté maternelle explose. N’empêche, le projet a donné du fil à retordre à Chloé.

L'architecte avoue même avoir été en froid avec sa mère, quand elle a décidé d'acheter cette demeure existante. Elle lui avait dessiné des plans pour deux autres maisons neuves, l'une à Saint-Nicolas, l'autre à Donnacona, qui n’ont jamais vu le jour. Mais surtout, Chloé avait des réserves sur cette acquisition, une autoconstruction partielle, qui ne respectait pas «les règles de l’art». 

Joanne Barabé a tenu son bout, pour le site, le lac, le quai, le terrain de 33 000 pieds carrés.

Changer la circulation

Une fois «défâchée», sa fille s’est mise au travail et a «vu le potentiel». Elle a exploré les combles, fait des trous dans les murs. Le plus gros défi a été de changer la circulation dans la maison.

AVANT/APRÈS Changer l'orientation de l'escalier a donné un nouveau souffle à la maison. À droite, plus besoin de passer par le salon pour monter aux chambres.

«À l’époque, il fallait traverser le salon pour prendre l’escalier», indique Joanne Barabé. Même problème avec l’accès au sous-sol. «C’est comme si toutes les pièces étaient gaspillées», poursuit Chloé.

En décidant d’inverser l’orientation de l’escalier, «tout a pris du sens», les meubles rentraient plus aisément. «Maintenant, on peut profiter de l’espace.»


« «Je voulais que l’escalier soit une œuvre d’art» »
Joanne Barabé, propriétaire

Chloé a dessiné le rideau de pluie qui sert de garde-corps à l’escalier. Il apporte une note métallique à cet univers immaculé. «Tout était kaki, ocre, terre de Sienne», énumère l’architecte, qui a conseillé de tout repeindre en blanc. Adieu les caissons bruns au plafond!

Même combat pour la combinaison de fenêtres de grandeurs différentes, côté lac. Les cadrages bruns accentuaient les inégalités, alors que le blanc camoufle les irritants.

Le grand mur rapiécé et irrégulier tout autour a été recouvert d’un papier peint clair et subtil, qui ne vole pas la vedette à la vue. Et comme Joanne Barabé est une «grande fan» de papier peint, son utilisation était très à propos. 

«J’avais beaucoup de livres, il fallait leur trouver une place», indique Joanne Barabé, très satisfaite de cette étagère double profondeur à côté du foyer au gaz.

Un îlot de 14 pieds

La cuisine a été complètement revue et agrandie pour accueillir un îlot de 14 pieds. «Il y a beaucoup d’IKEA ici», mentionne la propriétaire. «Pour avoir aussi grand, on aurait facilement payé le double chez un cuisiniste», indique sa fille. Pour optimiser le «potentiel» d’IKEA, elle a misé sur un comptoir en quartz. «On a installé le dosseret nous-mêmes pour maximiser le budget.» 

Chloé Barabé a agrandi la cuisine et donné à sa mère un plan de travail tourné vers le lac. «C’est complètement différent de cuisiner dans un espace comme celui-ci», s’exclame Joanne Barabé.

Dans le même axe, une deuxième porte d’entrée inutilisée a été condamnée. Chloé a aménagé pour sa mère un garde-manger walk-in, comme dans sa maison précédente. Et une salle de bain avec laveuse-sécheuse.

La façade extérieure a aussi été simplifiée. «Derrière la grosse marquise d'origine, il y avait un volume intéressant qui rappelle les maisons scandinaves. On a joué avec les matériaux pour remettre cette volumétrie de l'avant et donner un look plus moderne.»

Les panneaux foncés modernisent la façade.

Le gros des travaux a duré deux mois. Plusieurs correctifs et beaucoup d’amour plus tard, les propriétaires profitent de cet espace inspirant baigné de lumière. Prochain projet, le rez-de-jardin à l’étage inférieur.

En rafale

L’inspiration : L’atmosphère du condo-loft de Chloé, dans Limoilou. «Chaque fois que ma mère venait chez moi, elle trouvait ça reposant. Rien ne traîne, c’est blanc, très épuré. Je lui ai dit qu’avec l’espace qu’elle avait, de peindre en blanc allait donner une impression de grandeur et apporter un côté apaisant.»

Les défis : Changer la circulation de la maison en déplaçant l’escalier, uniformiser et épurer l’espace.

Le budget : «Le target était 100 000 $», indique Chloé. Des choix ont été nécessaires et les propriétaires ont mis du «jus de bras» pour respecter ce budget, qui a été un peu dépassé malgré tout.

Le bilan : Beaucoup de fierté de la maman, qui a contacté Le Soleil pour raconter son projet avec sa fille.


« «Un entrepreneur général est venu pour faire les éléments principaux, mais ils ont mis beaucoup de jus de bras pour rentrer dans le budget» »
Chloé Barabé, en parlant de sa mère et de son beau-père
Chloé Barabé cumule huit ans de pratique en architecture, en design et en muséographie

B Architecture participe au SPOT

Chloé Barabé cumule huit ans de pratique en architecture, en design intérieur et en muséographie. Elle vient de lancer sa firme, B Architecture, qui participera à la Sympathique place ouverte à tous (SPOT) 2018. «Le SPOT sera à Limoilou cet été et comme les bureaux de B sont en cours d’aménagement dans le quartier, je trouvais que c’était l’occasion de m’impliquer dans la communauté et de me faire connaître.» Avec quelques étudiants de l’École d’architecture de l’Université Laval, sa firme est responsable de l’une des six installations qui formeront la place. «On se chargera de la construction à partir de la fin mai.» Les concepts seront dévoilés à partir du 2 avril sur les médias sociaux. 

Info : b-architecture.ca et facebook.com/barchitecture.ca