Vos rénos: métamorphose d'envergure!

Pour leur bungalow de Québec, Claude et Esther n'ont lésiné ni sur l'argent ni sur l'ampleur des travaux. Tout a été démesuré, y compris le magasinage chez IKEA. À une étape du chantier, 600 boîtes étaient empilées dans le garage.
Les armoires de la cuisine et des salles de bain, les penderies, les bibliothèques et le pupitre bricolé avec des modules disparates ont tous été figurés, assemblés, vissés, fixés aux murs par un ouvrier que le couple avait embauché pour cette tâche fastidieuse.
Ils sont amalgamés aux éléments raffinés de cette demeure cossue située tout près du Séminaire des Pères Maristes, dans Sillery.
Claude et Esther l'ont achetée il y a un an. Elle avait été bâtie en 1960 et n'avait jamais été rénovée. «C'était pas isolé fort, raconte Claude. Il n'y avait pas de ground. Et c'était certain que la tuyauterie de fonte et le drain étaient à refaire.»
«On a strippé à la grandeur», poursuit-il. La maison a été isolée avec de la mousse soufflée. Les fenêtres ont été choisies en fonction de leur triple vitrage. Et les radiateurs ont été remplacés par un système à air forcé avec thermopompe.
L'intervention la plus spectaculaire se situe à l'arrière. Il s'agit d'un agrandissement perpendiculaire dans lequel le couple a installé sa suite : chambre, salle de bain, grand vestiaire. Cette aile bénéficie d'une vue sur un petit étang, alors que des fenêtres en bandeau encadrent le feuillage des arbres matures.
La cuisine en jette! Son luxe s'exprime dans son bloc de boucher, sa cuisinière au gaz, ses murs de pierre et de bois, son foyer double face, son comptoir de marbre et son plancher de merisier huilé. Ses poutres transversales et ses quatre suspensions surdimensionnées lui insufflent une touche contemporaine.
L'avant de la maison est un espace à aire ouverte où se suivent la salle à manger, le salon, le vestibule, le vivoir et le bureau. «Avec le garage, la maison mesure 80 pieds de longueur», précise Claude. Des poutres de métal ont ainsi été ajoutées pour renforcer la structure.
Les carpettes luxueuses, les nombreuses sources d'éclairage, les canapés Montauk, l'apport de lumière naturelle, l'ensemble de salle à manger «flambant neuf» de style Queen Ann : le chic est au rendez-vous.
Le sous-sol a été pensé en fonction des deux grands enfants du couple. Il est immense et se réclame de la tendance industrielle, comme le souhaitaient ses jeunes occupants.
Et si c'était à refaire? «Pas sûr, confie Claude. On découvrait au fur et à mesure qu'on démolissait. Souvent, ce n'était pas ce qu'on pensait trouver.»
Les travaux se sont échelonnés entre février et août 2015. La famille a eu la chance de pouvoir habiter un certain temps dans la maison qu'elle avait encore à Cap-Rouge, avant de s'installer dans le chalet prêté par des amis, à Stoneham.
Les architectes de la firme DG3A, la designer Karine Veilleux, de la compagnie Simplement moi, et l'entrepreneur Construction BDM ont assisté les propriétaires dans cette métamorphose d'envergure qui a aussi touché l'extérieur de la maison.
En rafale
Anecdote: chaque fois que Claude répondait à une interrogation de l'entrepreneur, ce dernier lui demandait en retour : «Le boss est-il d'accord?» Ça se passe d'explication...
Le défi: transposer un paquet d'idées en un projet homogène
Le budget: 400 000 $
L'inspiration: «Ça d'épais de coupures de journaux» et la ligne américaine haut de gamme Restoration Hardware
Le conseil: prendre un bon entrepreneur, flexible, 
qui a le souci de la qualité
Invitez Le Soleil
Vous aimeriez nous faire découvrir vos rénovations? Communiquez avec nous par courriel et envoyez-nous quelques photos, nous pourrions aller faire un tour! Écrivez-nous à maison@lesoleil.com