La décoration intérieure de la cocathédrale Saint-Jean de La Valette, à Malte, est une oeuvre en soi, réalisée par l'artiste Mattia Preti.

Vos édifices préférés: la cocathédrale Saint-Jean de Malte

Un musée, une église, une tour d'habitation, un monument ancien... Chaque semaine cet automne, nous vous présentons l'édifice préféré d'un lecteur et l'explication de son coup de coeur. Vous voulez nous faire part du vôtre? Écrivez-nous à maison@lesoleil.com. Nous vous dévoilerons ses secrets.
Suggéré par Lise Tremblay, de Chicoutimi: Lorsque j'ai visité La Valette, sur l'île de Malte, j'ai découvert la cocathédrale Saint-Jean, qui m'a beaucoup impressionnée. Avec le Vatican, c'est l'endroit de ce genre le plus beau que j'ai vu. On y trouve des tableaux de grands artistes, des sculptures de marbre, de pierre, des tapisseries et les livres de chorale qui datent du XVIe siècle. Les Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean y sont enterrés. Chacun a sa pierre tombale en marbre qui constitue le plancher. Il y a même une relique de saint Jean-Baptiste.  
Rivaliser avec les grandes églises de Rome
Sous une façade simple et austère encadrée de deux clochers, la cocathédrale Saint-Jean de La Valette, à Malte, cache un intérieur «à l'humeur festive», clame le site officiel du sanctuaire. L'église a reçu des oeuvres de grande valeur des Chevaliers de l'Ordre de Saint-Jean, qui l'ont fait construire entre 1573 et 1577 selon les plans de l'architecte militaire Gerolamo Cassar.
Ces Chevaliers étaient des aristocrates venant des familles les plus importantes d'Europe, et leur mission était de protéger la foi catholique des attaques des Turcs ottomans. Impatients de rivaliser avec les grandes églises de Rome, ils ont fait d'énormes contributions pour l'enrichir avec des oeuvres d'artistes éminents comme le Caravage ou Matteo Pérez, assistant de Michel-Ange. 
La décoration intérieure de l'église est une oeuvre en soi, réalisée par l'artiste Mattia Preti. Il a peint sur la voûte les épisodes de la vie de Saint-Jean-Baptiste, le Saint-Patron de l'Ordre. Puis a transformé les murs en une explosion de feuillage, de fleurs et d'anges dorés, des motifs élaborés caractéristiques de l'ornementation baroque.
Les tombes des Chevaliers enterrés entre le XVIe et XVIIIe siècle forment au sol un dallage de marbre. Pour l'anecdote, un texte des pages touristiques du magazine L'Express met en garde : «Oubliez vos Manolo Blahnik à l'hôtel sous peine de vous voir refuser l'entrée!»
Dans un autre esprit, une inscription près de l'entrée latérale rappelle la brièveté de la pérégrination terrestre : «Vous qui marchez sur les morts, rappelez-vous qu'un jour on marchera sur vous.»
L'église porte le titre de cocathédrale depuis 1816 parce qu'elle le partage avec la cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Mdina, aussi à Malte.
Sources : stjohnscocathedral.com/fr, Wikipédia, lexpress.fr