Aperçu d'un dessin de modèle vivant, fusain sur papier

Volupté, quand tu nous tiens!

Quand Sylvain Roberge était adolescent, il reproduisait des œuvres de Fragonard et de Rubens, pleine de volupté et de libertinage. Depuis, l’artiste peintre a développé un style diversifié et très contemporain. Mais il continue d’adorer dessiner le corps humain.

Ses fusains réalisés à partir de modèles vivants témoignent d’un penchant pour l’étude anatomique. «C’est très différent quand tu fais un arbre, une branche peut être toute croche. Un corps, il faut penser à l’anatomie», dit l’artiste de 41 ans, qui a étudié à Montréal et à Toronto.

L’artiste peintre Sylvain Roberge

Un tableau de nu vraiment achevé et mis en scène, il n’en a pas fait depuis longtemps. Il a déjà exposé une toile plus érotique sur la rue Sherbrooke, à Montréal, et un rideau de douche avait été placé sur les parties intimes de son sujet. 

L’anecdote est révélatrice : «Les galeries sont ouvertes au public, des fois les enfants accompagnent leurs parents, il y a toujours une petite gêne qui s’installe. Ça les met dans l’embarras et les galeristes ne veulent pas les mettre en vitrine.»

Oasis, huile sur toile

Loin des regards
À la maison, les gens ne savent pas plus où accrocher un nu, croit Sylvain Roberge. «Dans la chambre à coucher, il y a une certaine connotation», dit-il, même si c’est dans cette pièce que ce genre de tableaux atterrit le plus souvent, loin des regards de la visite.

Et pourtant, l’artiste originaire d’Asbestos aime l’atmosphère qui se dégage des nus, la sensualité, le mouvement qu’il va chercher.

Dans la galerie à son nom, qu’il ouvrira à la mi-février sur la rue Saint-Paul, dans le Vieux-Québec, il n’aura pas une grosse production de nus. Pour l’instant, il parle de deux toiles noir et blanc peintes il y a plusieurs années et de quelques dessins.

Dessin de modèle vivant, fusain sur papier

La femme, sa «muse éternelle», est toutefois omniprésente dans sa collection Glamour Girls. Des visages cadrés en gros plan et animés par des coloris chauds et une touche de sensualité. Parmi ses œuvres aux thèmes variés, il compte aussi des baisers et des sujets en lingerie.

Info : sylvainroberge.com et dès la mi-février, la Galerie Roberge au 133, rue Saint-Paul, Vieux-Québec

Pulsion, encaustique sur bois, un procédé combinant cire d’abeille et peinture à l’huile peint pendant que c’est chaud

De la Grèce antique à Facebook

Des corps parfaits des dieux de la Grèce antique, aux études anatomiques de Léonard de Vinci à la Renaissance, en passant par les feuilles de vigne utilisées comme cache-sexe à différentes époques, le nu comme genre artistique a une longue histoire. Et elle se poursuit, notamment sur Facebook.

Les Trois Grâces de Rubens, 1639, représente trois déesses au service de Vénus.
Le corps vu d’une tout autre façon, Nu au Fauteuil Noir de Picasso, 1932

L’Origine du monde de Gustave Courbet, exposant sans voile le sexe féminin, a été peinte en 1866, mais fait encore jaser aujourd’hui. En témoigne une action en justice à l’encontre du site Facebook, accusé de censure par un internaute. 

Le compte personnel du plaignant, un enseignant, a été désactivé quelques heures après la publication sur son mur du célèbre tableau de Courbet. Facebook a contesté l’affaire le 1er février, faute de preuve d’un lien entre la déconnexion et la publication du tableau.

L’Origine du monde de Courbet, exposé au musée d'Orsay depuis le milieu des années 1990, n’a sans doute jamais été autant vu depuis le litige avec Facebook.

«La question de la censure sur Facebook peut être préoccupante. Une de mes œuvres en a déjà fait les frais», raconte le portraitiste de Québec Denis Jacques. Sa toile Neige, qui a été retirée, ne dévoile pourtant qu’une épaule nue. «J’ai beau chercher l’indécence, je ne la trouve pas». Il n’en a finalement publié qu’un détail, qui est passé à travers les mailles.

«Personnellement, je ne me laisse pas trop distraire par ce genre de sottises. Je fais ce que j’ai à faire et ceux que ça dérange n’ont qu’à regarder ailleurs.»

La peintre québécoise Corno, décédée en 2016, a fait des torses nus dans un style très jazzé.