Le photographe pose ici avec son premier appareil-photo, celui avec lequel il a pris un cliché d'Édith Piaf lors de son passage à Québec, en 1955.

Vivre entouré de vedettes

Dans sa petite maison de Loretteville, Roland Lachance partage son quotidien avec des centaines de personnes, qui l'observent et avec qui il a développé une certaine complicité.
Des photos. Des vedettes. Roland de Québec, comme tout le monde l'appelle dans le milieu, a tapissé ses murs, jusque dans les moindres recoins, de photographies de stars du monde entier qu'il a prises au cours de sa longue carrière.
À l'approche de son 82e anniversaire, le «photographe des stars» est loin d'accrocher son appareil. «Qu'est-ce que je ferais d'autre?» L'homme, qui a grandi dans le quartier Saint-Roch à Québec, a le métier dans le corps, lui qui a été initié à la photo dès l'âge de 14 ans.
Quelques années plus tard, il prend le portrait d'une première grosse pointure : Édith Piaf, rien de moins! Le monument de la chanson française était de passage à Québec pour un spectacle, et Roland a réussi à se faufiler jusqu'à sa loge quelques minutes avant qu'elle monte sur scène. «Elle trouvait que j'avais du culot, c'est pourquoi elle a accepté que je la prenne en photo», relate-t-il. «Moi, je fonce. Personne ne me dit non.»
Des histoires, Roland de Québec en a en quantité à raconter. Il parle de rencontres.
Sur ses murs, on reconnaît Johnny Hallyday, le pape Jean-Paul II, Alys Robi, Hulk Hogan, Bonhomme Carnaval, Marion Cotillard, René Lévesque, Sa Majesté la reine Elizabeth II, Elvis Presley... Roland a photographié le King à plus d'une reprise, à Las Vegas, et a récemment rencontré la nouvelle sensation David Thibault... qui chante comme si Elvis s'était emparé de lui!
Roland de Québec - qui a commencé à se faire appeler ainsi alors qu'il vivait à Montréal, où il a passé 25 ans - a conservé tous les appareils-photo avec lesquels il a travaillé, du premier appareil argentique qui prenait des photos en noir en blanc, à celui qu'il utilise aujourd'hui, une petite caméra numérique. Rien à voir avec le gros attirail des photographes de presse, qu'il côtoie régulièrement lorsque des vedettes sont dans les parages. Vedettes locales, comme les anciennes et nouvelles duchesses du Carnaval réunies récemment au Capitole de Québec, et vedettes internationales telles qu'Angelina Jolie ou Céline Dion.
«Céline», Roland la suit depuis le tout début de sa carrière. Il l'a revue cet été, alors qu'elle recevait à Québec l'Ordre du Canada. Il a profité de l'occasion pour se faire photographier avec la chanteuse et son mari René Angélil. «Céline a dit : "Roland, c'est mon ami. On ne peut rien lui refuser"», raconte-t-il.
Aujourd'hui, Roland vit modestement, avec «les âmes» des gens dont il a croqué une parcelle de vie. «Je n'ai pas d'argent, mais je suis heureux en criss», dira-t-il avec enthousiasme, avant de s'excuser pour le «gros mot».
Si le photographe ne compte pas s'arrêter de sitôt, il y va à son rythme, se rend où il a envie. Il travaille à la pige pour le magazine Allô Vedettes. Il connaît beaucoup de monde, et beaucoup de monde le connaît. Il aime être entouré, même chez lui, où des centaines de paires d'yeux sont rivées sur lui. «Je ne m'ennuie jamais!»
Pour voir des portraits pris par le photographe : rolanddequebec.com et quebecparroland.com