Une Québécoise chez IKEA

Dans son appartement de Malmö, en Suède, la Québécoise Geneviève Labbé montre un sens indéniable du style, qu'elle joue en noir et blanc. Normal de reconnaître çà et là un meuble, une lampe, un cadre IKEA. La designer d'intérieur travaille au catalogue et aux brochures du géant suédois depuis quelques années. Le Soleil a eu vent de son aventure et eu envie de la raconter. Par courriels échangés, elle a répondu à nos questions et assouvi notre curiosité.
<p>La designer, Geneviève Labbé, en toute discrétion </p>
<p>Le couple habite en plein centre de Malmö en Suède, dans un vieil immeuble du début des années 1900. Geneviève Labbé a su le rénover et y faire entrer la lumière.</p>
Q Quelle est votre formation et votre expérience professionnelle?
R J'ai fait un DEC en design d'intérieur au cégep F.-X.-Garneau, à Québec de 2005 à 2008. À la fin de ma première année d'études, j'ai profité des vacances d'été pour aller en Europe voir des amis. Durant un voyage en Écosse, j'ai rencontré Kasper, mon grand Danois, qui est devenu mon mari et le papa de notre petite Olivia (attendue pour la mi-septembre).
Après mes études, j'étais prête pour la grande aventure! Mon intégration à la culture danoise n'a pas été facile. Heureusement, je parlais aussi bien l'anglais que le français. Sans quoi je n'aurais jamais réussi à me trouver un emploi en design à Copenhague.
J'ai finalement trouvé et quelle chance j'ai eue! Mon employeur avait des projets à faire rêver une recrue. Mon premier mandat a été la conception d'un spa et bain thermal aux Îles Féroé en Scandinavie. Le deuxième, un projet résidentiel à l'île Moustique dans les Caraïbes.
À cause de mon visa, on a dû quitter Copenhague après un an. On a déménagé en Suède où on m'offrait un visa de résidence et de travail pour cinq ans. Je me suis donc inscrite à des cours du soir pour apprendre le suédois.
J'ai mis près de deux ans avant de me trouver un emploi en design. On était en pleine crise économique en Europe, ce qui n'aidait aucunement ma cause. Un bureau d'architectes m'a finalement engagée. J'y suis restée près de six mois.
Mais ma vraie expérience professionnelle, je l'ai acquise chez IKEA Communications (ICOM) à Älmhult, en Suède.
Q Comment avez-vous obtenu ce job?
R Via un nouveau voisin qui a travaillé pour ICOM. J'ai dû passer un test d'aménagement d'intérieur, plusieurs entrevues ainsi qu'un test de personnalité. Ensuite, j'ai été engagée pour une période d'essai de trois semaines. Ça fait maintenant plus de deux ans que je suis là.
ICOM est l'endroit où on produit le catalogue IKEA, qui est ensuite publié à 212 millions de copies et traduit dans 29 langues. On produit également les brochures plus spécialisées retrouvées en magasin (cuisines, salles de bains, armoires, rangements modulaires comme BESTÅ). On s'occupe de tout ce qui touche le Web et les relations publiques. On produit également tous les petits livrets d'instruction de chaque produit IKEA.
Présentement, nous sommes environ 300 employés : designers d'intérieur, graphistes, photographes, menuisiers, directeurs artistiques...
Un de ses objets déco préférés, cette lampe suspendue au salon, la Z1 COTTON LAMP de AY ILLUMINATE achetée chez Artilleriet. Son coup de coeur IKEA chez elle? Le sofa KARLSTAD chaise longue.
Q En quoi consiste votre travail?
R Je suis designer d'intérieur. Nous sommes une équipe de 37. Certains sont permanents, d'autres, comme moi, sont temporaires et il y a aussi des travailleurs indépendants.
Notre rôle est d'intervenir en tant que spécialiste dans l'aménagement d'intérieur. On doit également avoir une excellente notion de la gamme complète des produits IKEA. On doit savoir si tel produit peut être monté au mur, jumelé à un autre, s'il peut être peint, s'il est sécuritaire pour les enfants, s'il est vendu dans tous les pays...
Dans la phase création, on va chercher un maximum d'inspiration. Nous avons une quarantaine d'abonnements à divers magazines, on visite plusieurs blogues. On fait aussi des visites chez les gens pour voir vraiment comment ils vivent au quotidien, quels sont leurs problèmes majeurs. Certains d'entre nous se déplacent pour aller voir les salons d'exposition à Milan, à Paris, à Stockholm.
Si on doit produire 25 aménagements, on s'assure qu'ils soient différents, du point de vue du prix (bas, moyen et élevé), du mode de vie (célibataire, famille avec ou sans enfant), et bien sûr du style.
Puis on présente des planches techniques, des sketchs, des cartons d'ambiance. S'il y a lieu, on modifie selon les exigences. Ensuite, direction studio. Ce qui, selon moi, est la partie la plus intéressante!
<p>Geneviève Labbé n'a pas travaillé sur le nouveau catalogue IKEA cette année. Elle a plutôt planché sur une brochure spécialisée pour les cuisines, qui ne semble pas encore être en ligne sur le site canadien de la compagnie. Parmi ses réalisations, elle est particulièrement fière de cette cuisine NORJE en chêne.</p>
Les menuisiers vont construire nos aménagements en fonction de nos dessins. Une équipe est responsable d'assembler tous les meubles IKEA et tous les accessoires.
Mon travail en studio commence toujours par un bon ménage pour enlever la poussière et le bran de scie! Ensuite, j'interviens en tant que styliste. J'ai accès à pratiquement toute la gamme de produits IKEA. On a aussi une pièce qui ressemble à un marché aux puces où on va chercher des accessoires qui ne sont pas IKEA, question de donner cette touche de vécu dans nos aménagements.
Q Vos collègues viennent-ils de partout sur la planète?
R Oui. En tout, je crois qu'il y a plus de 26 différentes nationalités! L'anglais est donc la langue qu'on utilise au travail. Je me considère vraiment choyée de pouvoir faire partie d'une équipe aussi créative.
Q Et les conditions de travail?
R On travaille des semaines de 40 heures. L'avantage d'habiter dans les pays scandinaves : on a droit à cinq à six semaines de vacances payées par année. Ce n'est pas spécifique à IKEA.
Q Quel est selon vous le secret du succès d'IKEA? Et le succès du catalogue?
R Ce ne sont pas que des produits qui sont présentés. On essaie toujours de raconter une histoire pour chaque image. Nos aménagements sont créés de façon «vécue». C'est un catalogue qui a comme principal objectif d'inspirer le plus de gens possible. Et je crois aussi que le succès est dû au fait que ce sont des produits pour la plupart accessibles, autant par le prix que par les différents styles offerts.
Q Êtes-vous entièrement meublée IKEA? Quel genre de logement habitez-vous?
R J'habite en plein centre de Malmö dans un vieil immeuble du début des années 1900. Et heureusement, non, je ne suis pas entièrement meublée IKEA. J'aime bien mélanger les styles et ainsi composer ma propre identité.
Mon article préféré IKEA à la maison est probablement notre sofa KARLSTAD chaise longue où on passe plusieurs heures durant les longues journées d'hiver!
Si j'avais à choisir un style qui m'identifie davantage, ce serait le style scandinave : simple, frais et moderne.
Q Croyez-vous rester là-bas pour un moment?
R Je ne compte pas retourner chez IKEA après mon congé de maternité à cause des longues heures de transp­­ort entre la maison et le travail (trois heures par jour). Ces dernières années passées chez IKEA m'ont apporté beaucoup. C'est ce qui m'a amenée vers un nouveau projet, soit la création de ma propre entreprise.
En collaboration avec une équipe de designers graphiques, Web et photographe, je suis en train de créer une boutique en ligne (theyoungsters.se), un espace consacré à l'univers du design pour enfants. On y trouvera des collections jeunes, tendance, fraîches et colorées, avec un accent scandinave.
Vous y trouverez de tout : literie et coussins, revêtements muraux, luminaires, affiches, objets de décoration, petits rangements ainsi que plusieurs articles de papeterie.
Si tout va comme prévu, la boutique sera en ligne à partir de l'été prochain.