Sylvie Gaulin en compagnie d’un de ses 71 nains de jardin.

Une plate-bande habitée par 71 nains de jardin

Au petit matin, Sylvie Gaulin travaille déjà dans ses plates-bandes, à Beauport. Passionnée de fleurs — elle possède plus de 50 plants d’hibiscus —, elle désherbe et soigne avec minutie son jardin, qui accueille en façade une joyeuse bande de nains.

Détrompez-vous, il ne s’agit pas de ceux de Blanche-Neige, assure son conjoint, Bruno Carrière. À force d’en acheter quatre ou cinq par année dans les jardineries de la région, le couple a monté sa collection à 71 nains. Il y a toujours quelques vols et quelques bris durant l’été, mais qu’à cela ne tienne, la passion persiste depuis 10 ans.

Chaque personnage est rempli de mousse, collé à sa base, vissé et repeint. À l’achat, les barbes ne sont pas blanches et les couleurs manquent d’éclat, explique la colorée Mme Gaulin. Elle leur applique aussi plusieurs couches de vernis pour leur donner du lustre. Le Soleil a dû attendre avant de passer prendre les photos, puisqu’elle voulait nettoyer ses protégés.

Chaque personnage est rempli de mousse, collé à sa base, vissé et repeint.

Retraitée, Mme Gaulin arrive de Floride en mai et se met rapidement à la tâche. À noter, elle ne ramène aucun nain dans ses bagages, puisqu’on n’en trouve pas là-bas.

La dame, qui décore aussi bien sa maison de Beauport, à l’Halloween, que celle de Floride, à Noël, a commencé cette passion en pensant donner une erre d’aller. En vain. «Les gens ne décorent plus», dit-elle, bien consciente que la conciliation travail-famille laisse peu de place au jardinage et à l’aménagement paysager. Ajoutez à cela les restrictions municipales et les limites d’arrosage et vous coupez encore plus l’envie de fleurir votre terrain, estime la Beauportoise.

Le couple est propriétaire de cette maison de Beauport depuis 1983. Passionnée de fleurs, Sylvie Gaulin entretien ses plates-bandes avec grand soin.

Sa maison est l’exception et attire même des gens de la Beauce et de Lac-Etchemin, qui viennent avec leurs petits-enfants. Elle-même a hâte de devenir grand-mère un jour. «Mon fun, c’est de voir le regard des enfants. Ils leur donnent des noms», dit-elle en parlant de ses nains.

Mais vous ne la verrez pas venir faire la conversation. «On n’a pas vraiment d’interaction avec les gens. Moi, je suis gênée.»

Il y a bien un monsieur d’un certain âge qui venait s’asseoir sur son balcon chaque année. Elle lui apportait un petit verre d’eau. Sinon, elle s’active plutôt dans la cour arrière, qui est réservée à une collection de grenouilles parmi les fleurs.

Mme Gaulin et son conjoint, un passionné de Disney, ont su garder leur cœur d’enfant. «Moi j’aime ça joyeux, j’aime que les gens sourient», explique celle qu’on surnomme ici la «cousine de Gregory Charles» et en Floride, «Energizer Bunny».

› Pour passer admirer son jardin de nains : 809, boul.des Chutes, à Beauport