Housses de couette, rideaux, courtepointes, coussins : Marie Dooley aura désormais un endroit pour exposer ses créations.

Une nouvelle salle d’exposition pour Marie Dooley

Un peu plus de trois ans après le lancement discret de sa ligne Marie Dooley Maison sur Facebook et Etsy, la designer de Québec ouvrira en septembre, au local 108 du 1240, Charest Ouest, une salle d’exposition pour les décorateurs, et le public.

En octobre 2015, Marie Dooley reprenait la barre de la compagnie Accent Mode, qui importe et distribue des accessoires de décoration textile. L’entrepreneure y achetait ses boutons et ses rubans. Puis, au mois de juin 2016, elle proposait sa propre ligne pour la maison, notamment reconnue pour ses coussins. 

Les coussins Marie Dooley ont fait la réputation de sa ligne pour la maison.

Les produits Accent Mode sont toujours distribués chez les manufacturiers et dans différents magasins, mais ils ne seront pas offerts au public. L’espace situé au 1240, Charest Ouest se concentre donc sur la gamme Marie Dooley Maison.

Housses de couette, rideaux, courtepointes, coussins : Marie Dooley n’avait pas d’endroit pour exposer ses créations valablement. Grâce à ce nouveau point de vente, les professionnels de l’industrie et les particuliers en quête d’un décor renouvelé pourront constater l’étendue des possibilités de la marque. «La salle d’exposition aide à voir comment présenter et agencer les produits», dit-elle. Et les clients pourront également bénéficier des conseils de la designer.

La salle d’exposition aidera à voir comment présenter et agencer les produits.

«Je m’ennuyais des gens», laisse tomber Marie Dooley au bout du fil. «Le travail de grossiste n’est pas le même que celui de détaillant. J’aime bien l’idée de vivre un mélange des deux.» Et ce contact direct avec la clientèle lui permettra de prendre le pouls du marché. «Ça aide pour développer les collections. Ça stimule.»

Marie Dooley Maison alimente de nombreux commerces, à Québec et ailleurs dans la province. Malgré l’ouverture de la salle d’exposition, «la mission principale est encore de vendre dans d’autres magasins, précise-t-elle. Les autres marchands ne sont pas mis de côté.»

Marie Dooley

Un site web transactionnel pour le public sera également lancé à l’automne. Il proposera une quantité réduite d’accessoires cependant, puisque certains produits demeureront exclusifs aux distributeurs.


« Je m’ennuyais des gens. Le travail de grossiste n’est pas le même que celui de détaillant. J’aime bien l’idée de vivre un mélange des deux »
Marie Dooley

Habiller la maison 

Le 1er août 2015, Marie Dooley fermait ses deux boutiques du quartier Montcalm, consacrées aux robes de soirée et au prêt-à-porter. Elle avait alors affirmé au Soleil qu’elle n’abandonnerait pas sa passion, avec l’assurance de rebondir dans un autre domaine. Dans la foulée du rachat d’Accent mode, qui distribuait surtout des rideaux, elle s’était lancée dans la conception et la fabrication de coussins. Un nouveau créneau qu’elle considère comme moins exigeant que celui du vêtement.

Une sélection de jetés signés Marie Dooley

Inventaire plus agréable à gérer, tissus plus faciles à réutiliser : la vie d’un produit de décoration est plus longue que celle d’un vêtement, raconte Marie Dooley. «C’est moins éphémère que la mode. On peut passer d’une saison à l’autre avec les mêmes imprimés, par exemple.» Et le marché de la décoration se porte bien, selon elle, alors que les gens investissent davantage dans leur intérieur.

Marie Dooley aime travailler avec le velours cordé, comme pour ces coussins.

«J’essaie d’aller chercher mes tissus chez les producteurs directement en Europe, ajoute Marie Dooley. Je travaille beaucoup avec le lin, le velours cordé ou la cuirette. Les possibilités sont assez infinies.»

Info : @MarieDooleyMaison sur Facebook