Un habitat imaginé pour la mer

Une expo pour rêver le monde de demain

Villes imaginaires, cités sous-marines, conquête des planètes lointaines... Une exposition présentée à la Foire Écosphère de Québec cette fin de semaine annonce audace et innovation pour le futur.
Depuis sept ans, la Fondation Jacques Rougerie - Institut de France propose à des architectes, designers, ingénieurs du monde entier de participer à un concours international annuel. Les candidats sont invités à imaginer des habitats et des équipements visionnaires, mais réalisables, pour faire face aux changements climatiques sur Terre et pour soutenir la conquête de l'espace et la captation de l'énergie qui en est issue. Le concours se découpe en trois catégories : innovation et architecture pour la mer, innovation et architecture pour l'espace, architecture et problématique de la montée du niveau des océans.
«Tout comme Jules Verne, il ne s'agit pas de rêver seulement le monde de demain, mais de répondre aux grands enjeux sociétaux et environnementaux de notre planète en proposant des projets innovants et écologiques», résume la directrice de la Fondation, Fanny Picard.
Des équipements pour faire face aux changements climatiques
L'exposition d'images qui s'arrête à Québec est dédiée aux lauréats des concours précédents.
Pour votre curiosité et la petite histoire, Jacques Rougerie est un architecte océanographe français. Ses premiers concepts d'habitats sous-marins remontent au début des années 1970. Tenant compte du développement durable, il a construit des laboratoires sous-marins, des centres de la mer, des vaisseaux à coque transparente, des musées subaquatiques et projette des villages et des lieux de vie sous la mer. Son but : sensibiliser le plus grand nombre à la beauté de la mer et à son rôle fondamental dans l'histoire de l'humanité.