L'ébéniste Marc-Olivier Grenier

Une ébénisterie qui honore l'histoire de son quartier

En 2015, Marc-Olivier Grenier a fondé son atelier d'ébénisterie dans le secteur Saint-Romuald, à Lévis, et lui a donné un nom «plein d'histoire», New Liverpool.
Il s'est inspiré d'une ancienne partie de la ville qui portait ce nom dans les années 1800. «Saint-Romuald a une histoire peu connue avec le bois, a relaté le jeune homme. Il y avait là un important commerce du bois.» Le quartier comptait en effet des ateliers et des écoles de sculptures, ainsi que l'usine Baribocraft, célèbre pour ses ustensiles et ses plats de cuisine en bois. «C'est pourquoi j'ai choisi le nom de New Liverpool.»
Si on regarde la page Etsy de Marc-Olivier Grenier, on voit des sous-verres, des bols, des supports à livres et des «mesures à pâtes», soit de menus objets faciles à livrer. Sur sa page Facebook (New-liverpool ébénisterie), cependant, il expose des morceaux plus gros, comme une table en chêne rouge et en acier brut, élégante et originale, des consoles, des tables d'appoint. Il peut tout faire, en fonction des commandes.
Âgé de 26 ans, il a un diplôme en ébénisterie du Centre de formation de Sainte-Marie de Beauce, un diplôme en charpenterie-menuiserie et un troisième en lancement d'entreprise.
Une table en chêne rouge et en acier brut
Réaction encourageante
Il a participé au Salon Nouveau Genre, à Limoilou, en décembre, où il présentait ses créations pour la première fois. La réaction des visiteurs l'a enchanté et encouragé à poursuivre sa production. 
«Je m'intéresse au design en général, j'aime le beau sous toutes ses formes», confie-t-il. Lorsqu'il crée, il a trois choses en tête  : l'esthétique, la durabilité et la fierté. 
«J'aime penser que les gens vont trouver que l'objet est beau avant même de savoir à quoi il sert, explique-t-il. Le bois est un matériau précieux. Je l'utilise en me disant qu'il passera à travers le temps, ce qui en fait un produit de grande valeur et, du même coup, écologique.» 
La jeunesse de son atelier ne lui permet pas encore d'y travailler à temps plein. Mais il chemine et se perfectionne. Cet été, il a travaillé comme sous-traitant pour le collectif Le Banc, en aménageant des places éphémères dans divers secteurs de la ville de Québec (Sillery, Saint-Sauveur, Saint-Jean-Baptiste, Saint-Roch).