Le site Web Kangalou, qui veut rapprocher locataires et propriétaires, est une entreprise de Montréal gérée par une équipe de quatre personnes. Il découle de la CORPIQ.

Un site de rencontres... pour locataires et proprios

Créer un match parfait entre un locataire et un propriétaire, entre des besoins spécifiques et un appartement libre. Le site Web Kangalou.com, exploité par la Corporation des propriétaires immobiliers du Québec (CORPIQ), joue les entremetteurs partout dans la province.
L'idée est née en 2015, mais ce produit est réellement au point depuis cette année, affirme François Albert, directeur des technologies de l'information pour Kangalou et la CORPIQ. Il s'impose en site d'annonces «spécialisé» en immobilier, par rapport aux sites généralistes comme Kijiji qui proposent des appartements à travers bien d'autres choses.
Sur Kangalou, l'inscription de base est gratuite. Les propriétaires créent leur environnement, gèrent eux-mêmes leurs annonces, avec descriptions détaillées et photos à volonté. Un service d'accompagnement les aide à mettre en valeur leur produit. «On met beaucoup d'effort pour la mise en marché, sur la façon de prendre des photos. On a une personne à temps plein qui regarde le site tous les jours et qui assure un suivi pour maximiser le potentiel des annonces», indique François Albert.
Moyennant des frais supplémentaires (entre 30 $ et 100 $ par mois), les propriétaires peuvent «renchérir» leur publication à l'aide d'un outil multisites. Leur annonce sera alors diffusée sur louer.com, LesPAC, Craigslist et une vidéo se retrouvera sur YouTube. Avis aux intéressés, Kangalou offre aussi une visibilité internationale sur plus de 100 portails immobiliers dans près de 50 pays, avec traduction en 10 langues.
Du côté des locataires, le service est entièrement gratuit. «Il faut ouvrir un compte pour entrer en communication avec un propriétaire. Aujourd'hui, on sait qu'il est dangereux de mettre des numéros de téléphone et des adresses courriel dans les messages. Alors on a un système de protection à cet égard qui protège les informations des deux côtés, un peu à la Airbnb», illustre François Albert.
Une fois inscrit, le locataire peut entrer ses préférences dans son profil parmi 250 critères, de la ville au loyer, du type d'appartement à l'inclusion de laveuse et de la sécheuse, jusqu'au balcon accessible ou aux interrupteurs abaissés. «On peaufine les critères au fur et à mesure, avec les commentaires des gens», indique le directeur, dont l'équipe rencontrera des personnes à mobilité réduite et handicapées pour mieux connaître leurs besoins. 
Avec Kangalou, les locataires peuvent sauvegarder leurs annonces préférées, les classer, les annoter, les partager, recevoir une alerte quand une nouveauté est publiée. L'interface est conviviale et moderne. La carte interactive et les fiches descriptives se rapprochent de ce qui se fait dans la recherche de condos et de maisons. «Mais on veut encore améliorer l'expérience location», annonce François Albert.
Déjà en 2015, Kangalou et la CORPIQ ont gagné un prix Boomerang dans la catégorie Site ou application - service en ligne.
Services, conseils, blogue
La plateforme de recherche a une vocation élargie. Elle se veut aussi un outil de gestion gratuit pour les propriétaires qui possèdent plus d'un logement. Toutes les informations sur les immeubles, les logements, les baux peuvent être centralisées au même endroit et accessibles en permanence. «Et le moment venu, le propriétaire n'a qu'à appuyer sur un bouton pour afficher une annonce», mentionne François Albert. Il précise que ce service comme tout le reste est ouvert à tous et pas seulement aux membres de la CORPIQ.
Les locataires ont quant à eux droit à un blogue, composé d'une série d'articles pour les aider à maximiser leurs recherches, à préparer leur déménagement, à connaître différents quartiers. Kangalou s'étend sur tout le Québec et a même des visées pancanadiennes. 
Le blogue veut servir de guide aux grandes questions: Comment vivre en colocation? Qu'est-ce qu'implique la signature d'un bail? Par ces textes, François Albert veut rejoindre les immigrants en recherche de logement. «Un Français qui débarque ici ne sait pas ce que veut dire un quatre et demi.»
À travers tout ce processus, Kangalou parle d'«expérience humaine». «Un logement, c'est un milieu de vie, c'est important pour les gens, pour leur sécurité, pour leur famille. Ce n'est pas quelque chose qui se fait sur un coup de tête. Il faut mettre de la profondeur dans la recherche pour arriver à faire un rapprochement, pour obtenir le fameux match», croit François Albert.
Info: kangalou.com
En chiffres
830 000: nombre de visites depuis le lancement du site Kangalou
80 000: nombre de visiteurs uniques du site en mars 2017
Plus de 3000: nombre d'annonces actives de logements sur Kangalou au 1er avril 2017