Des spécialistes du Musée de la civilisation ont été sollicités pour seconder l'équipe de l'église anglicane Holy Trinity dans l'aménagement de l'exposition.

Un cadeau royal pour Holy Trinity

La cathédrale anglicane Holy Trinity, au coeur du Vieux-Québec, a inauguré, mercredi, une exposition permanente composée de 10 pièces d'orfèvrerie qui lui avaient été offertes par le roi George III, en 1809.
<p>Le plateau d'offrandes est placé au-dessus du coffre de bois dans lequel il a été transporté à Québec. </p>
Regroupés dans un cubicule de verre, ces éléments en argent constituent un ensemble hors du commun, reconnu mondialement. Ils ont été confectionnés en 1803, à la demande du monarque, par les orfèvres royaux Rundell and Bridge en l'honneur de la première cathédrale anglicane construite hors des îles britanniques, entre 1800 et 1804.
Il y a longtemps que le diocèse anglican de Québec les a en sa possession. Mais ils sont exposés pour la première fois, dans le but avoué d'attirer les touristes.
«La cathédrale reçoit 150 000 visiteurs par année», mentionne le gestionnaire de projet Tommy Byrne, récemment embauché par le diocèse. Ce ne sont pas des pèlerins, mais de véritables touristes culturels, attirés par les vitraux sublimes, les orgues et l'architecture du temple.
Étendre sa renommée
Les calices, les chandeliers, le plateau d'offrandes et la patène d'argent contribueront, prévoit-il, à étendre sa renommée et, conséquemment, à augmenter ses revenus.
L'église anglicane a elle-même fourni les fonds nécessaires à l'aménagement de cette exposition, baptisée Le cadeau du roi.
«On a travaillé avec le Musée de la civilisation», mentionne Tommy Byrne. La sécurité, la présentation et le montage sont l'affaire de spécialistes. 
Les écrins de verre trempé, le système de sécurité à infrarouge, les serrures importées d'Europe, les écrans tactiles : voilà des détails qui peuvent passer inaperçus, mais qui coûtent cher.
Un coffre qui a du vécu
Outre les pièces d'argent martelées à la main, la collection comprend deux livres, dont une Bible, et le coffre de bois dans lequel ces objets précieux sont arrivés à Québec. Les pièces d'argent sont frappées des armoiries du roi George III et de celles du diocèse de Québec.
Tommy Byrne désigne un calice moins ornementé que les autres morceaux de la collection. Il avait été offert par le roi, en 1760, pour permettre aux colons de Québec nouvellement conquis de recevoir un service religieux anglican. Il aurait été apporté ici par le général Murray. 
La cathédrale l'avait prêté au Musée de la civilisation pour son exposition permanente Le temps des Québécois. Il témoignait de la présence anglicane à Québec.
La cathédrale Holy Trinity est située au 31, rue des Jardins, à côté de l'hôtel Clarendon. Le coût d'entrée pour l'exposition est de 2 $. Pour 5 $, vous avez droit à une visite guidée de la cathédrale qui comprend un détour par l'exposition.