La maison Wilfrid-Edge à L'Ancienne-Lorette

Ultime tentative  à L'Ancienne-Lorette pour sauver la maison Wilfrid-Edge

Le conseiller indépendant de L'Ancienne-Lorette, Gaétan Pageau, ira d'une ultime tentative au conseil municipal de mardi soir pour sauver la maison centenaire Wilfrid-Edge de la démolition.
«Il est minuit moins une», a commenté au Soleil M. Pageau, élu du district Saint-Paul.
En fait, il est minuit si l'on se fie au point confirmant le changement de zonage à l'ordre du jour du conseil de mardi à L'Ancienne-Lorette.
Un vote du maire Émile Loranger et des conseillers de son équipe, majoritaire au conseil, marquera l'arrêt de mort de la maison centenaire du 1364, rue Saint-Paul.
Qu'à cela ne tienne, le conseiller indépendant Pageau, opposé au maire Loranger, promet de tout faire pour renverser la vapeur estimant que des «faits troublants» sont venus teinter la saga de cette maison inoccupée depuis 2010. Le groupe Groupe SMB en est propriétaire depuis le début des années 2000. Le promoteur souhaite maintenant y construire six unités d'habitation.
Un nombre qui s'ajoutera à un quartier déjà dense, estime M. Pageau, selon qui cette augmentation ne fera pas l'affaire des citoyens de son district.
«Demain [mardi], je vais proposer d'abolir l'adoption de ce règlement. Trop de gens veulent être consultés», a-t-il dit au Soleil.
Il déplore que des registres demandant un référendum n'aient pu être ouverts. L'élu soutien qu'il y a eu 80 signatures demandant un registre, mais aucune dans la zone concernée. Normal, dit M. Pageau, puisque seule la maison se trouve dans cette zone. «C'est le problème du spot zoning», a soutenu le conseiller lorettain.
«On peut aussi mettre ce projet-là sur la glace, consulter les gens et regarder pour une vraie vision du développement à L'Ancienne-Lorette», souhaite M. Pageau.