Le téléviseur Le Cadre de Samsung

Télévisions: passer incognito

Ceci n’est pas un cadre, mais bien une télévision. Adieu le gros écran noir qui défigure nos murs. Les fabricants misent de plus en plus sur la discrétion et dessinent des modèles caméléons.

Regarder les Olympiques ou les Oscars sur grand écran rehausse l’expérience. En contrepartie, plus le téléviseur est imposant, plus il jure dans le décor.

À la Maison Adam, magasin d’équipement audio et vidéo de Québec, les ventes des téléviseurs de 65 pouces augmentent plus que celles des écrans de 55 pouces. Et la demande pour les modèles de 75 pouces connaît une nette progression. Avec de telles dimensions, les panneaux noirs dérangent une fois éteints et des commentaires négatifs commencent à se faire entendre, remarque le président José Adam. 

Les fabricants sont «sensibles» à ce problème esthétique et se réinventent, ajoute celui qui visite régulièrement le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas, où sont lancées toutes les nouveautés. Voici un aperçu des avenues les plus prometteuses.

Fièrement exposé

Tableau-téléviseur. Téléviseur-tableau. Le designer suisse Yves Béhar voulait trouver une utilité à l’écran noir, éteint une grande partie de la journée. Pour Samsung, il a dessiné Le Cadre, sorti l’an dernier.

Fixé au mur avec une attache intégrée, il peut être parfaitement droit ou légèrement incliné, selon la hauteur. Il est aussi possible de le poser sur un trépied. Lorsque l’appareil est en veille, le mode Art s’active et affiche en ultra haute définition des photos aussi bien que des reproductions de toiles téléchargées sur Internet. Placé à travers d’autres cadres, le téléviseur se fond dans le décor. Le subterfuge est réussi.

Lorsque l’appareil est en veille, le mode Art s’active et affiche des photos aussi bien que des reproductions de toiles célèbres.
Ici sur un trépied.

Ce produit de Samsung est arrivé à la Maison Adam en juillet et est tout de suite tombé dans l’œil des clients et des designers, indique José Adam. Il compare ce camouflage à d’autres sur le marché, comme les écrans miroirs, qui n’ont pas suscité le même intérêt.

Le designer propriétaire de l’Atelier Avant-Garde, Steve Ross, prépare quelques projets avec Le Cadre à Québec. «Je le trouve excessivement intéressant pour un usage résidentiel, dans un espace où nous ne voulons pas voir les appareils.» Il souligne que Le Cadre dispose d’un capteur de présence et que l’écran s’éteint automatiquement lorsqu’il n’y a pas personne dans la pièce, limitant la consommation d’électricité. Installer l’appareil et ses composantes demande toutefois une bonne coordination, précise le designer.

Ce produit offert depuis l'été dernier est tout de suite tombé dans l’œil des designers.

Le Cadre, offert dans une dizaine de couleurs, peut avoir un format de 43, 55 et 65 pouces. La fabrication d’un plus petit écran de 32 pouces a aussi été évoquée au dernier CES de Las Vegas, mentionne José Adam. Quant au prix, il varie entre 1700 $ et 3800 $.

Info : samsung.com/fr/tvs/theframe et maisonadam.ca

LG et son prototype enroulable

Imaginez une feuille d’acétate assez épaisse, qui s’enroule et se déroule à volonté. Et sur cet écran malléable, défilent les images de votre série télé préférée. LG a présenté un nouveau prototype de ce téléviseur au dernier CES de Las Vegas.

Votre séance de visionnement est terminée? Hop! L’écran disparaît en rouleau dans un boîtier.

«La technologie qui permet de faire des choses incroyables, c’est OLED», explique José Adam, en parlant des diodes électroluminescentes organiques (DELO en français).

Il montre sur Internet des luminaires DELO qui prennent toutes sortes de formes. «Il y a plein de possibilités. Ça commence à sortir et les designers vont être fous de ça. C’est moins énergivore, plus écologique. C’est organique, ça peut se dégrader simplement.»

Dans l’univers des téléviseurs, les petites lumières DEL installées en périphérie des panneaux avaient déjà permis un amincissement des appareils. La technologie DELO va plus loin et permet de «twister» l’écran.

LG a investi des milliards de dollars ces dernières années pour faire évoluer la technologie DELO et développer tout son potentiel.

La toile mince et flexible développée par LG a quand même une certaine rigidité pour maintenir sa forme. Un avantage sur les toiles pour projecteur, qui finissent par plisser à la longue.

Le fabricant sud-coréen a d’autres belles promesses pour son téléviseur enroulable. Il est possible de le regarder à la lumière ambiante, alors qu’une certaine pénombre est nécessaire au vision­nement par projecteur.

«La luminosité est incroyable. C’est la première technologie qui arrive avec des noirs parfaits. On a un pixel qui s’éteint complètement. Et quand le pixel s’allume, on s’approche des 1000 nits», décrit José Adam, en vantant une image très claire et brillante, avec un bon taux de contraste. 

Depuis six ans, LG a investi des milliards de dollars pour faire évoluer la technologie DELO. «Ils ont vu que c’était le téléviseur du futur. Et c’est ce qui a tué le plasma, qui offrait des couleurs plus riches, mais un pixel plus gros. Avec OLED, le pixel est minuscule.»

Reste à voir le coût et l’intérêt des consommateurs pour ce produit. LG devrait le commercialiser en 2020.

Design minimaliste

Ce meuble épuré est en réalité un projecteur à très courte distance et un cinéma maison. Sous son plateau en marbre d’ingénierie, sa structure d’aluminium et son étagère en bois se cache une technologie 4K HDR, qui projette sur le mur d’à côté une grande image jusqu’à 120 pouces. Le fabricant Sony promet en prime un son immersif grâce à des haut-parleurs en verre organique intégrés aux pieds du meuble. Même la télécommande, petite et arborant peu de boutons, se fait discrète. Le LSPX-A1 sera mis en vente au printemps ou à l’été. Son coût? Près de 40 000 $ pour avoir autant de style au salon. 

Info : sony.com/electronics/projector/lspx-a1

Le LSPX-A1 de Sony est à la fois un vidéoprojecteur et un meuble design.
L'appareil de Sony permet de projeter une grande 
image à très courte distance.

Projection et peinture

Les projecteurs sont encore populaires, ils permettent d’avoir une image encore plus grande. «Avoir devant soi des personnages qui mesurent presque cinq pieds, c’est impressionnant», affirme José Adam, qui a lui-même un cinéma maison de 106 pouces. Il ajoute que la technologie 4K, un format d’image numérique ayant une définition supérieure ou égale à 4096 pixels de large, s’apprécie davantage en grande dimension. Le projecteur, installé dans un mobilier du salon, envoie l’image sur une toile ou au mur. Il existe une peinture spécialisée qui transforme la surface en écran haute performance, les produits Screen Goo. «On ne trouve pas ça en quincaillerie. C’est nous qui passons la commande auprès de distributeurs indépendants», souligne José Adam. Il précise que cette peinture est plus dispendieuse et coûte au moins six fois le prix d’un galon conventionnel.  

Info : goosystemsglobal.com

Dans ce cinéma maison, la peinture Screen Goo 
a été appliquée au mur pour optimiser la projection.

Haut-parleurs invisibles

La marque anglaise Amina propose des haut-parleurs complètement dissimulés dans les murs. Ne cherchez pas de grille, «le mur joue physiquement», indi-que Stéphane Dubé, directeur de magasin chez Maison Adam, qui reçoit cette technologie ces jours-ci. Il explique que l’installation demande de découper le gypse, d’installer les haut-parleurs dans le colombage et de replâtrer par-dessus. Une option acoustique étonnante, qui se veut sans compromis entre performance et esthétisme.  

Info : uk.aminasound.com

Câble optique invisible

Pour éviter la panoplie de câbles branchés au téléviseur, il existe une boîte reliée à l’appareil par un fil très mince et transparent. «Samsung a développé beaucoup le One Connect», mentionne José Adam. Mais il ne voit pas là un bon filon, puisque ces boîtiers augmentent le coût du téléviseur. Même constat pour les télévisions sans fil. «LG en a présentée une il y a cinq ans au CES, mais c’est beaucoup plus coûteux.» Et comme le prix fait la loi sur le marché... De toute façon, les technologies vont permettre de transmettre de plus en plus sans fil, analyse José Adam. «Les gens connectent leur téléviseur sur Internet. La majorité de ce qu’ils écoutent est là-dessus, avec Netflix et Tou.tv. C’est vers ça que ça s’en va.»