Pour fêter ses 25 ans, le SIDIM a exposé 25 ans d'influence en design, comme cette photo du coloré Palais des congrès de Montréal, pensé par Saia Barbarese Topouzanov en 2006.

Salon international du design de Montréal: déambulatoire design

S'inspirer. Se faire surprendre. La route est agréable parmi les 300 exposants au Salon international du design de Montréal (SIDIM). Jusqu'à demain, la place Bonaventure se transforme en haut lieu de trouvailles et de produits fraîchement lancés.
Linéaire Design, de Saint-Jean-Port-Joli, a réinventé le lit à baldaquin. Version brute contemporaine, en cèdre ancien et pin.
<em>La Flèche</em>, une lampe de l'artisan Bruno Gérard de Québec. Il l'a créée en 2010 à partir notamment d'un trépied d'arpenteur.
Linéaire Design, de Saint-Jean-Port-Joli, a profité de l'occasion pour réinventer le lit à baldaquin. Version brute contemporaine, en cèdre ancien (bois recyclé) et pin. Dominique Pépin-Guay et son frère Samuel font dans la construction de maisons écologiques et offrent aussi une gamme de mobilier dont la particularité est le «joint unité», une technique spéciale d'assemblage. À retenir que le tout tient comme des blocs Lego. La compagnie à conscience très écologique a aussi un programme de reboisement.
Juste à côté, quelle est cette magnifique oeuvre éclairante? Il s'agit de La Flèche, une lampe de l'artisan Bruno Gérard de Québec. Il l'a créée en 2010 à partir d'un trépied d'arpenteur, d'un support de télescope en aluminium, d'un disque de verre trempé et de plusieurs engrenages métalliques disposés autour d'une tige d'acier. Sa touche si particulière lui vient de son passage par la joaillerie et... les poubelles. «J'adore fouiller, je ne suis pas dédaigneux.» Celui qui recycle depuis 35 ans a parmi ses clients Guy Laliberté. Prenez cette lampe qui fait 2 m 80 de haut et lui a demandé un mois de boulot, elle coûte 10 000 $.
Continuons sur le thème de l'homme et de la machine avec un autre coup de coeur. Le sculpteur-assembleur Éric Nadeau émeut avec sa série Couturières. Des machines à coudre «d'avant 1950» qu'il a démontées et remontées avec les mêmes pièces, mais en leur donnant une silhouette. Comme cette jolie bonne femme verte qu'il appelle Madame Pisano, du nom de la donatrice de Saint-Lambert. «Je vise une certaine nostalgie», avoue l'auteur qui vend ses oeuvres environ 2000 $.
La lampe en béton Palla de la firme italienne Ora Luce, bientôt en vente en magasins
Une tendance du côté des poignées de Quincaillerie Richelieu,  l'influence de la nature, comme ces petits galets lustrés.
Lors de la journée d'ouverture du Salon, jeudi, Le Soleil a aussi pu constater quelques tendances. Comme celle du béton qui se pavane sur table et au plafond, côté luminaires. Les lampes sur pied Girare et Palla de la firme italienne Ora Luce ont fière allure. Assemblées à Montréal, elles sont présentées par Luminergie, manufacturier et distributeur d'éclairage DEL qui assure qu'on les retrouvera sous peu chez Boiteau Luminaire et Multi-Luminaire à Québec. À noter, le béton peut se peindre, souligne en passant un représentant.
Les poignées de Quincaillerie Richelieu sont quant à elles présentées comme de vrais bijoux. Cristal Swarovski, ambre, nacre... Les gens vont investir moins dans les panneaux d'armoire pour pouvoir s'offrir cette petite touche ultime, avance Louis Brun, directeur marketing. L'autre courant est plus organique et s'inspire de la nature. Comme ces petits galets lustrés ou encore ces boutons de lotus.
Non loin, L'Escalerie (de Shefford) a travaillé de connivence avec La Shed (jeune firme d'architecture de Montréal très en vue, rue Rachel) pour réaliser l'un des stands les plus réussis. Les deux escaliers qui semblent découpés l'un dans l'autre ne laissent presque rien paraître de l'assemblage. Un amour partagé des lignes épurées pour ces deux compagnies.
Toujours pour souligner les 25 ans du SIDIM et 25 ans de design, la berceuse Mamma de Patrick Messier (2005)
La Chaise tournante de Marie-Claude Savard et Benoît Gagnon, présentée au Show de chaises du SIDIM.
Pour fêter ses 25 ans cette année, le SIDIM a exposé 25 ans d'influence en design d'ici et d'ailleurs. Le presse-citron Juicy Salif de Philippe Starck en 1990 pour Alessi, la berceuse Mamma de Patrick Messier en 2005, l'Ovopure de Manuel Desrochers en 2007, le tire-bouchon automatique de Trudeau conçu par Claude Mauffette en 2012... Des photos de projets comme le coloré Palais des congrès de Montréal pensé par Saia Barbarese Topouzanov en 2006.
Un brin de folie, enfin, avec l'habituel Show de chaises pour lequel 18 célébrités québécoises ont transformé pour une bonne cause une simple chaise en bois en oeuvre d'art. Celle de Marie-Claude Savard et Benoît Gagnon est des plus vibrantes.
Leur Chaise tournante n'a rien de statique chaussée de ses patins à roulettes, surmontée d'une console et affichant un vinyle tout récent de Xavier Caféine.
Voilà, le SIDIM, c'est respirer l'air du temps, parfois avec poésie et nostalgie.