Retour sur 2018: des artisans, des fleurs, des maisons coups de cœur

Une année repré­sente des dizaines de maisons visitées, d’artisans rencontrés, de découvertes aux quatre coins de la ville. En 2019, nous continuerons de partager avec vous nos trouvailles en design, en architecture et en rénovation. Mais avant, pour votre plaisir et le nôtre, retour sur les sujets qui nous ont fait le plus vibrer ces 12 derniers mois.

Margot : adorable ligne bleue

J’ai eu un coup de foudre pour les assiettes, bols, gobelets et pichets aux formes pures et à la ligne bleue de Margot. J’ai aperçu cette collection pour la première fois cet été à Carac’Terre, l’expo-vente de céramique de Québec.

On craque pour la collection Axel, offerte à La folle fourchette, à la boutique du Musée national des beaux-arts du Québec et à la boutique du Centre Materia.

Derrière l’atelier Margot se cache l’artisane locale Mireille Gagnon, qui crée et fabrique à la main des objets pour la maison. 

Pourquoi Margot? «Je voulais créer une identité visuelle forte. C’est un nom simple et beau, en corrélation avec mes produits.» 

Ils sont d’ailleurs tombés dans l’œil de l’animatrice Josée di Stasio, qui en a fait mention dans son émission sur la capitale. Les céramiques Margot sont notamment vendues à La folle fourchette, dans Limoilou.  Alexandra Perron

Mireille Gagnon, de Québec, a fondé l’atelier Margot

*

L’Accostée, droit au cœur

Certaines rencontres marquent plus que d’autres. Dans cette magnifique maison d’Adstock, près de Thetford Mines, ce ne sont pas que les espaces, les matériaux et la vue qui séduisent.

La résidence se découvre en déambulant d’un palier à l’autre. La mezzanine, où se côtoient bois, verre et acier, sert de bureau.

Nathalie, Nicolas et leurs trois enfants m’ont reçue comme une amie. Les lieux respirent l’amour, le bien-être et la convivialité. Les maîtres d’œuvre de cette splendeur en cèdre rouge sont les architectes Bourgeois/Lechasseur. La firme de Québec a réussi à trouver l’équilibre entre des lignes contemporaines et un cachet chaleureux. Cette demeure «magique», au bord du Grand lac Saint-François, a été baptisée L’Accostée.

L’Accostée épouse la pente de ce terrain boisé d’Adstock, dans Chaudière-Appalaches. La façade vitrée, au sud, fait face au lac.

Les propriétaires, adeptes de sports nautiques, ont même voulu une piscine en plein cœur de la maison. La petite famille se baigne chaque jour durant la saison froide. Mémorable! Alexandra Perron

Le punch de la maison, une piscine intérieure de 15 mètres

*

2018, divinement fleurie

Fin juin, j’ai découvert la mini-ferme Fleurs La Garance, à Neuville. Les sœurs Geneviève et Marie-Hélène y cultivent la beauté sur quatre rangs bien aménagés. En saison, elles offrent une quarantaine de variétés d’annuelles moins connues, qu’elles vendent au Marché public de Deschambault, au Marché Saint-Sauveur, parfois à La p’tite Brûlerie de Deschambault.

Les écofleurs de la mini-ferme Fleurs La Garance, à Neuville, se déclinent dans des dégradés de pêche, de saumon, de bourgogne.

À un jet de pierre de là, Mano Capano m’a reçue dans ses champs de Saint-Augustin-de-Desmaures comptant quelque 14 000 plants. Ses pivoines, qui respirent la santé et la féminité, sont écoulées jusqu’à la fin juillet chez les fleuristes et dans les supermarchés Avril, à Québec et à Montréal.

Mano Capano dans ses champs de pivoines

Cette production locale se retrouve parfois en vente chez Prune les fleurs, qui a une succursale à Québec depuis le printemps, au complexe Must Société sur le boulevard Laurier. Une charmante adresse à découvrir!  Alexandra Perron

Un bouquet signé Prune les fleurs

*

Forger pour la vie

J’ai rencontré Thomas Lefebvre dans sa forge du quartier Saint-Sauveur, à Québec. L’artisan sifflait en frappant le métal rougi pour le transformer en objets utiles, épurés et durables.

L’obsolescence programmée? Très peu pour lui. Pratiquement tout ce qu’il crée est garanti à vie. Ses modules autoportants, ses chaises, sa quincaillerie, ses pinces à foyer, son ouvre-bouteilles sont assez modernes, «par goût personnel».

La chaise Mesh a été réalisée en 2013
Ouvre-bouteilles en acier, vendu 45 $ sur la boutique en ligne Etsy

À ne pas douter, il a du talent et du cœur au ventre. Je lui laisse le mot de la fin: «Quand on peut lire la main de l’artisan dans le travail et voir l’effet du temps, ça ajoute à la richesse du produit». Alexandra Perron

*

DG3A Architectes : la passion de génération en génération

Installée sur le chemin Saint-Louis, à Sillery, la boîte DG3A Architectes fait son petit bonhomme de chemin depuis plus de 30 ans. Nous avons aimé la convivialité qui règnait en ces lieux lors de notre passage en février et le fait que DG3A est une affaire de famille.

Danielle Godbout et sa fille Audrey

La fondatrice Danielle Godbout a su léguer sa passion de l’architecture à sa fille Audrey Vaillancourt, qui l’épaule depuis plusieurs années déjà dans la réalisation des projets de l’entreprise. Et ils sont nombreux et variés, autant dans les secteurs résidentiels, commerciaux, qu’institutionnels. Des édifices à Québec, Scott, Château-Richer, Cap-Santé et même dans le Nord-du-Québec portent la griffe de DG3A. Une belle histoire de passion du bâtiment, qui se transmet de génération en génération. Daphné Bédard

Cette résidence de Saint-Étienne-de-Lauzon a été adaptée pour accueillir deux familles. Elle a été complètement rénovée et agrandie.