Selon l'avocate Miriam Morissette, il y aura une recrudescence de fumeurs de cannabis chez les personnes âgées dans les prochaines années.

Résidences pour aînés et cannabis : Boom de fumeurs à l’horizon?

Les personnes âgées ne sont pas de grands consommateurs de cannabis à l’heure actuelle, convient Miriam Morissette, avocate associée chez Jolicoeur Lacasse. Mais elle prévoit une recrudescence dans les prochaines années.

Elle évoque les baby-boomers, qui vont entrer en résidences. «Ils avaient l’habitude d’en fumer plus jeunes.» Avec la légalisation, les gens auront plus facilement accès.

Selon elle, les études sur les bienfaits du cannabis pour traiter les maladies dégénératives ou les douleurs chroniques vont aussi se multiplier.

Me Morissette, qui représente le Regroupement québécois des résidences pour aînés, soulève des inquiétudes.

Elle rappelle la tragédie de L’Isle-Verte, où 32 personnes âgées ont péri dans l’incendie de la résidence du Havre. «Depuis 5 ans, on se bat pour gicler les résidences. Ces environnements sont de plus en plus non-fumeurs, pour des raisons liées aux risques d’incendie.»

L’avocate, aussi experte en santé mentale, craint également l’effet du cannabis sur les aînés qui ont des pertes cognitives, qui conduisent des triporteurs, qui prennent d’autres médicaments.

Les propriétaires de résidences privées pour aînés, comme les propriétaires d’immeubles, ont été encouragés à envoyer un avis de modification de bail à leurs locataires avant le 15 janvier, interdisant l’usage du cannabis. Et à l’interdire dans leurs nouveaux baux, ajoute Me Morissette.