Plus une maison est âgée, plus il y a des risques de découvrir des surprises qui feront gonfler la facture, rappelle le designer Steve Girard.

Rénovations extrêmes: l'art de prévoir l'imprévisible

«Les rénos, c'est dur pour le couple», dit-on. Changer la tuile de la salle de bains peut être source de conflits et de stress. Imaginez des rénovations qui consistent à transformer plusieurs pièces, parfois toutes, de la maison. Petit guide pour un «mariage» réussi... avec le monde de la rénovation «extrême».
Le designer Steve Girard compte 15 ans d'expérience dans la réalisation de projets résidentiels et commerciaux, dans la construction neuve comme la rénovation. À chaque occasion, il donne les mêmes conseils à ses clients. Conseils qui, selon lui, devraient être élevés au rang de règles incontournables.
La première peut paraître un peu simpliste, mais encore trop de gens font appel à des professionnels avant même de savoir ce qu'ils veulent. Il est donc essentiel de faire une liste de ce que vous souhaitez ajouter ou transformer.
«Avant de rencontrer qui que ce soit, il faut définir ses besoins en couple, en famille. Est-ce que je veux un boudoir ou un bureau attenant pour rencontrer des clients en toute tranquillité? Est-ce que la famille et les amis nous rendent visite souvent et passent la nuit? Alors peut-être devrions-nous prévoir une chambre d'amis spacieuse et une seconde salle de bains pour les invités. Plus vous êtes en mesure de nourrir le concepteur des plans, plus il aura la capacité de répondre à vos besoins. De proposer des solutions intelligentes et fonctionnelles.»
Fixer un budget
L'erreur la plus fréquente est d'avoir des ambitions plus grandes que son portefeuille. À ce sujet, M. Girard se fait un point d'honneur de faire suivre une «thérapie de la réalité» à ses clients qui sous-estiment les coûts liés à la rénovation.
«Je n'ai encore rencontré personne qui possède un budget illimité. Ça m'est arrivé de travailler avec des gens qui croyaient pouvoir réaliser leur projet à l'intérieur de leur budget malgré les avis contraires que je leur donnais. La pensée magique s'est vite évanouie lorsqu'ils ont reçu les soumissions des contracteurs. Elles étaient de plus de 300 000 $, soit le double du prix qu'ils imaginaient au départ. Résultat : à ce jour, je ne crois pas qu'ils ont réalisé leur projet. Des exemples comme ceux-ci, j'en ai d'autres. C'est trop bête de devoir payer pour des plans et ne jamais les réaliser.»
Vous avez entendu dire que vous devez prévoir au moins 10 % à 15 % additionnels pour les imprévus sans jamais vraiment y croire? Désolé de vous décevoir, mais c'est la vérité. Même le projet le mieux planifié comporte son lot de surprises.
«Chaque maison cache des secrets (pour ne pas dire des vices de construction) derrière les cloisons et dans les plafonds, rappelle M. Girard. Plus la maison est âgée, plus il y a des risques de découvrir des surprises qui feront gonfler la facture.»
Et elles peuvent être nombreuses : problème électrique majeur, plomberie désuète, charpente déficiente, isolation insuffisante, etc. En avez-vous assez?
Appeler un expert
Quand on allonge entre 100 000 $ et 200 000 $, voire davantage, pour rénover sa résidence, l'investissement doit être fait de façon judicieuse. Comme la moyenne des ours ne connaît strictement rien au domaine de la rénovation, il est hasardeux de se lancer seul dans un projet de cette envergure.
«Que ce soit un architecte, un technicien en architecture ou un designer, je crois qu'il est nécessaire de s'adjoindre un professionnel d'expérience pour concevoir des plans. Ceux-ci sont essentiels dans la mesure où ils serviront par la suite de contrat entre l'entrepreneur et le client.»
Selon l'entente conclue, le concepteur des plans peut aussi agir comme chargé de projet. Il devient un genre de police d'assurance qui s'assurera que les plans seront suivis au huitième de pouce près par l'entrepreneur.
L'expert choisi est aussi utile pour d'autres raisons évoquées précédemment, comme le respect du budget et la définition des besoins. Sans compter qu'il a des connaissances des lois et des règlements en vigueur.
En effet, il doit s'assurer, dès l'élaboration des plans préliminaires, que les rénovations projetées respectent la réglementation municipale. Vous pourrez ainsi vous procurer sans pépin - lire aussi sans retard indu - les permis municipaux nécessaires.
Choisir un entrepreneur
«Ça a bien été.» Plus que tout, c'est la phrase que vous devez entendre dire de quelqu'un de votre entourage qui vous conseille un entrepreneur. Le bouche-à-oreille, c'est le premier principe qui doit guider votre recherche d'un constructeur fiable et honnête. De préférence, un qui connaît bien la rénovation, et non pas seulement la construction neuve.
«Une fois que vous avez en main des plans de qualité, l'autre nerf de la guerre est le choix de l'entrepreneur. Ça ne donne rien de faire soumissionner n'importe qui dans les pages jaunes. Tout le monde connaît quelqu'un qui a fait des rénovations et qui peut donner des commentaires sur la façon dont ça s'est déroulé», insiste M. Girard.
«Si deux font un prix à 200 000 $ et le troisième à 140 000 $, il est possible que vous ayez des problèmes et des dépassements de coûts importants avec ce dernier. C'est là que les conflits surviennent. Il ne faut donc pas choisir systématiquement le soumissionnaire le plus bas. Une fois les soumissions en main, vous devez donc impérativement les comparer soigneusement pour voir si les entrepreneurs incluent les mêmes services et matériaux.»
Pour éviter les différends, il faut également dissiper les zones d'ombre. Le designer conseille de détailler le plus possible les travaux que doit exécuter l'entrepreneur et les matériaux qu'il compte fournir.
Visite du chantier
«Lorsqu'on fait des rénovations majeures, ce n'est pas le temps de dire : "Je m'en vais à l'extérieur et je reviens dans deux mois." Je n'exagère pas en disant que vous, ou votre chargé de projet, devez vous rendre chaque jour sur le chantier pour voir l'évolution des travaux. L'entrepreneur a beau savoir lire les plans [il le doit, même], il peut avoir des questionnements ou des surprises qui l'empêchent de suivre les indications.
«Si vous n'allez pas au chantier ou fermez votre cellulaire, l'entrepreneur prendra des décisions pour vous et ce ne sont pas nécessairement celles que vous auriez prises. C'est le client et le concepteur qui doivent décider des changements, s'il y a lieu. Un point c'est tout», tranche M. Girard.
En suivant ces quelques règles, vos rénovations partiront sur des bases solides. Toutefois, ne pensez pas qu'elles vous protégeront de tout imprévu. Parce que des rénovations sans imprévu, ce n'en sont pas vraiment.