Les demandes d'intervention pour les rats ont augmenté de 50% en 2014 par rapport à l'année précédente chez Maheu & Maheu.

Que faire si des rats s'invitent chez soi

Les «demandes d'intervention ponctuelles» pour les rats ont augmenté de 50% en 2014 par rapport à l'année précédente chez Maheu & Maheu, une entreprise de gestion parasitaire qui couvre l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard. Pourquoi? «C'est complexe», répond son directeur général, Michel Maheu. «Mais il faudra bien un jour se faire une tête à leur sujet.»
<p>Bouchon de drain rongé par un rat</p>
Le vieillissement du réseau d'égout est sa première hypothèse. Il expliquerait la majorité des problèmes de rats en milieu urbain. Un évent ou un conduit mal colmaté, et voilà un passage à rat. Oui, ça se peut, un rat qui sort de la toilette. Une toilette déplacée et son ancien tuyau laissé sans capuchon: c'est un carton d'invitation pour un rat. D'où l'importance de colmater parfaitement les portes, les fenêtres des margelles et «tout ce qui traverse les fondations».
Les rats sautent, grimpent, nagent. Ils mangent de tout. Ils résistent à l'hiver. Ils vivent en colonie et ont une organisation sociale structurée. Les dominants ont accès à la meilleure nourriture. Ils ont une vue très faible, mais leurs autres sens sont bien développés. Ils sont méfiants. Ils ont une bonne mémoire musculaire. «Ils savent qu'après tant de pas il y a un obstacle», mentionne M. Maheu.
<p>Balle de golf rongée par un rat</p>
Indices de la présence de rats
• Des excréments (à l'apparence de raisins secs).
• Des matériaux rongés : bois, plomb, thermoplastique, savons, fils électriques, clapets, tout ce qui est plus mou que l'émail de leurs dents. Les rats doivent ronger, car leurs incisives poussent sans cesse. «Ils font un travail terrible à l'isolation», affirme Michel Maheu.
• Des bruits. Les rats sont actifs surtout la nuit. Leurs buts dans la vie : boire et manger.
• Des trous le long de l'entrée d'eau, près de la rue. Les rats sont de bons creuseurs. Ils peuvent facilement atteindre la fondation de la maison. Ils peuvent s'y buter. Ou se glisser à l'intérieur s'il y a une fissure.
• Les terriers dans les talus près des conteneurs à déchets.
<p>Tuyau de drain d'évier rongé par un rat</p>
Le truc de la «bonne vieille trappe»
Où? : On l'installe là où le rat circule, là où il n'a pas le choix de passer, le long du mur, par exemple.
Appât : du beurre d'arachide, «le top des tops», parce qu'il est huileux et qu'il sent longtemps, contrairement au fromage, qui sèche vite et qui perd son odeur.
Astuce : placer la trappe sur le chemin du rat sans l'armer et saupoudrer un peu de levure chimique (poudre à pâte). Si la bestiole a mangé le beurre d'arachide, elle reviendra. Si vous pouvez suivre ses traces grâce à la levure chimique, c'est encore mieux. Le jour suivant, vous armez la trappe et schlak! «Le deuxième lunch sera moins agréable», résume Michel Maheu.
Le mythe du poison à rats
Le rodenticide, communément appelé «poison à rats», n'est pas recommandé pour éliminer ces parasites. Un rat qui en bouffe mourra dans un délai de 7 à 10 jours. Tout ce temps-là, il risque de transporter le poison partout où il se promène et de créer un problème secondaire d'infestation d'insectes, qui raffolent de ce mets délétère.
Nul spécialiste ne peut prédire où les rats se cachent pour mourir. Les carcasses se décomposent et puent. Les mouches les trouvent. Et les problèmes continuent.
Les enfants, les animaux domestiques et les utilisateurs de rodenticide peuvent en outre être intoxiqués par ce produit. Alors, prudence...
Aux grands maux...
1. L'épreuve de la fumée permet à l'exterminateur d'identifier les voies d'entrée de la bestiole dans la maison. Il doit s'assurer au départ que les évents de la tuyauterie sur le toit sont bloqués. Il injecte ensuite de la fumée dans le réseau de tuyauterie de la maison. Si la fumée sort, par une prise de courant ou par une plinthe, par exemple, c'est signe qu'il y a dans les alentours une brèche dans laquelle un rat peut s'infiltrer. Il suffit d'un trou gros comme une pièce de 1 $... 
2. L'inspection avec caméra dans les tuyaux entre la maison et la rue est assez facile, mentionne Michel Maheu. Elle permet de repérer les joints défectueux, les bris, ainsi que les petites bêtes elles-mêmes.
3. L'excavation est une mesure extrême.
Note: la majorité des cas se résolvent sans fumée ni caméra, précise M. Maheu. Il arrive cependant qu'un exterminateur doive utiliser toutes les solutions mises à sa disposition. Information : www.maheu-maheu.com