Iris ‘Katharine Hodgkin’

Petits bulbes, beaucoup de couleur printanière

Tout le monde connaît la tulipe, vedette des plates-bandes et des festivals, ainsi que les narcisses, les jacinthes et les crocus. Mais il y a beaucoup de petits bulbes qui sont beaucoup moins connus. En voici une sélection…

Anémone grecque (Anemone blanda) 

Ce petit bulbe produit une seule fleur à pétales multiples, rappelant une marguerite. Elle peut être bleue, rose ou blanche, selon le cultivar. Son feuillage très découpé est très décoratif. C’est le bulbe printanier à la floraison la plus longue, soit environ un mois. 10-15cm x 8-10cm. Zone 4.

Corydale bulbeuse (Corydalis solida)

C’est le plus prolifique des bulbes de printemps. Plantez-en 10 et en quatre ans, vous aurez colonie de 400! Le feuillage très découpé gris-vert est coiffé d’un épi d’environ 20 fleurs à long éperon courbé. Les fleurs peuvent être pourpres, roses, rouges ou blanches. 15-20cm x 8-10cm. Zone 4.

Corydale bulbeuse

Éranthe commune ou aconit d’hiver (Eranthis hyemalis)

Une toute petite plante avec seulement deux feuilles découpées placées dos-à-dos, formant un genre de collerette derrière la fleur unique jaune rappelant un bouton d’or, qui est d’ailleurs un proche parent. Comme le perce-neige, il est le plus hâtif des bulbes, fleurissant souvent à travers la neige. 5-8cm x 5-8cm. Zone 4.

Gloire des neiges (Chionodoxa forbesii et autres)

Jolies étoiles bleues à cœur blanc portées en bon nombre au-dessus de feuilles graminiformes. Il y a aussi des cultivars à fleurs roses et blanches. Il se multiplie spontanément par semences. 12-18cm x 8-10cm. Zone 3.

Iris réticulé (Iris reticulata)

De grosses fleurs pour une plante si courte! Et quel choix de couleur: bleu, violet, jaune, blanc, marron et même turquoise (le très populaire ‘Katharine Hodgkin’)! Les feuilles étroites dressées continuent de pousser après la floraison, doublant de hauteur. 15cm x 8-10cm. Zone 4, 3 avec protection. Évitez toutefois l’iris nain (I. danfordiae), à fleurs jaunes, mais peu florifère.

Perce-neige (Galanthus)

De petites fleurs blanches retombantes portées sur une tige penchée et deux petites feuilles graminiformes. Avec l’éranthe commune, c’est la première fleur du printemps. Le perce-neige commun (G. nivalis), 10-15cm x 8-10cm, est le plus courant, mais on voit aussi le perce-neige géant (G. elwesii), qui n’est pas si géant, mais quand même deux fois plus gros que son cousin. Zone 3.

Perce-neige

Muscari ou jacinthe à grappes (Muscari)

Le muscari d’Arménie (M. armeniacum) est le plus populaire, aux épis dressés de fleurs rondes bleu violet foncé ressemblant à des billes. Il y a beaucoup d’autres espèces et cultivars dans les teintes de bleu et de blanc. Nombreuses feuilles graminiformes qui paraissent, curieusement, dès l’automne. Se ressèment parfois. 15-20cm x 8-12cm. Zone 3. Évitez toutefois le seul muscari à fleurs roses, ‘Pink Sunrise’, car sa coloration est fade et sans intérêt.

Puschkinia (Puschkinia scilloides)

Fleurs produites en bon nombre, blanches avec une rayure bleue. Feuilles graminiformes. Se ressème modestement. 15-18cm x 8-10cm. Zone 3.

Scille de Sibérie (Scilla siberica)

C’est le petit bulbe à fleurs bleues penchées qui change les pelouses de certains quartiers en un tapis de fleurs au printemps, car il se multiplie énormément et s’installe dans le gazon. Les feuilles ressemblent à celles du gazon. On peut aussi trouver la variété S. siberica alba, à fleurs blanches. 10-15cm x 8-10cm. Zone 2.

Scille de Sibérie

*****

Plantez tous ces petits bulbes entre le début de septembre et la mi-novembre à 10cm de profondeur et 8cm d’espacement. Il faut un emplacement qui reçoit du soleil au printemps. Tous ces bulbes seront dormants et sans feuilles pendant l’été. Ils peuvent ainsi pousser au pied des arbres à feuilles caduques. Aucun n’intéresse les écureuils; ils préfèrent les tulipes et les crocus. Tout sol bien drainé convient. Aucune protection hivernale n’est nécessaire.

Après la plantation, laissez-les pousser, tout simplement. Ils ne nécessitent aucun entretien.

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

> Jolie mauvaise herbe

Q J’ai remarqué ces très belles fleurs dans un fossé près de chez moi à Lévis, encore en fleurs à la mi-septembre. Quelles sont ces fleurs? J’ai fait quelques recherches, mais je n’ai rien trouvé. Vous avez la réponse?  —Anabel Larouche

R    Oui, c’est l’impatiente glandulifère (Impatiens glanduilifera), une très grande (jusqu’à 2,5m de hauteur!) et très belle annuelle aux fleurs roses en forme de petit sac originalement importée de l’Asie comme plante ornementale, mais ayant depuis pris la clé des champs. Elle se répand rapidement par semences lorsqu’introduite. Les pays européens, où elle est solidement établie, dépensent des millions chaque année à essayer de la contrôler. Dans notre région, elle n’est pas encore très courante, mais il ne faudrait surtout pas l’encourager en récoltant des semences pour planter à la maison.

L’impatiente glandulifère, une plante jolie, mais très envahissante.

> Chêne aux feuilles jaunissantes

Q J’ai planté un chêne rouge, il y a deux ou trois ans. Sa croissance ne me semble pas correcte et ses feuilles sont en mauvais état. J’ai consulté une jardinerie qui m’a offert du soufre de jardin à saupoudrer autour de l’arbre et à diluer pour vaporiser sur l’arbre une fois par semaine. Aussi, on m’a dit d’enlever le paillis, car cet arbre n’aimerait pas l’humidité. Je suis ce traitement depuis juin, mais aucun nouveau bourgeon n’est apparu. Merci de me permettre de le sauver.  —Jeanne Guillemette

R    Votre chêne souffre de chlorose, un manque de fer. Typiquement, les feuilles deviennent jaunes et seulement les nervures restent vertes, comme on le voit dans la photo. Le fer peut venir à manquer parce qu’il est vraiment peu présent dans le sol ou parce que le sol est trop alcalin. Je présume que la jardinerie pensait votre sol trop alcalin, car le soufre est un produit acidifiant. Par contre, c’est sur le sol qu’il fallait l’étendre, par sur le feuillage. Et la présence ou absence de paillis n’est pas un facteur dans le jaunissement. Je vois d’après votre photo que votre jeune chêne pousse au pied d’un grand arbre qui doit assécher le sol. Remettez donc le paillis pour aider votre arbre à combattre la sécheresse. L’an prochain, essayez plutôt d’appliquer du fer chélaté (disponible en jardinerie) au sol tôt au printemps, l’incorporant aux trois à cinq premiers centimètres du sol à la base de l’arbre. Ensuite, arrosez abondamment. Il peut être nécessaire de répéter le traitement tous les deux ans. Même quand ce traitement est efficace, le résultat n’est pas nécessairement évident la première année. C’est lors de la deuxième année que vous devriez voir une nette amélioration. Il serait sage de faire faire une analyse de votre sol pour comprendre ce qui se passe vraiment, car il y a plusieurs raisons pour lesquelles le fer (qui n’est normalement pas un élément rare) ne serait pas disponible aux racines de votre arbre.

Jeune chêne soufrant de chlorose.

*****

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec) , G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Rentrer ses plantes d’intérieur

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence sur la rentrée des plantes d’intérieur pour l’hiver avec Michel Bédard. Elle aura lieu le dimanche 13 octobre, à 10h, à la jardinerie Floralies Jouvence (2020, avenue Jules-Verne, Québec). Coût: 2 $ pour les non-membres.

Infos: societeeducativeRVDH@gmail.com ou 581 922-1034

Exposition sur les chauves-souris

Découvrez l’univers des chauves-souris qui peuplent les toitures de Charlesbourg dans cette exposition pour l’Halloween, baptisée Au pays des chauves-souris. Elle aura lieu du 16 octobre au 3 novembre au Moulin des Jésuites, du mercredi au vendredi entre 11h et 16h, et les samedis et dimanches entre 10h et 17h. Coût: 4 $. Adresse: 7960, boulevard Henri-Bourassa, à Québec.

Infos: 418 624-7720

Le pélorisme démystifié

Les Orchidophiles de Québec proposent une conférence sur le pélorisme, cette étrange mutation chez les orchidées où les fleurs normalement asymétriques changent complètement leur forme, avec Michel Tremblay. Elle aura lieu le mardi 15 octobre, à 19h30, au Montmartre canadien (1669, chemin Saint-Louis, à Québec). Entrée et stationnement à l’arrière. Coût: 5 $ pour les non-membres.

Infos : orchidophilesdequebec.ca

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.

+

ENTRETIEN HORTICOLE

À faire cette semaine

>  Il est temps de rentrer les bulbes tendres (glaïeuls, dahlias, cannas, callas, bégonias tubéreux, etc.). On peut les nettoyer et les garder au sec à l’intérieur dans un emplacement libre de gel.
>  Récoltez et faites sécher des fleurs du jardin et des champs pour assurer un hiver fleuri à votre demeure.
>  Quand vous videz les pots des annuelles fatiguées, mettez le terreau dans le compost pour lui redonner une nouvelle vie.
>  Si vous rentrez un plant de romarin, placez-le dans endroit ensoleillé où la température ne dépasse pas 15 °C la nuit.