Compte tenu du volume d'un espace et la ventilation de celui-ci, différents formats du sytème d'extinction en aérosol FirePro peuvent être utilisés.

Nouveau système pour neutraliser les incendies

Neutraliser le feu par réaction chimique, plutôt qu'en l'étouffant sous un jet d'eau ou sous la mousse, est le principe du FirePro, un système d'extinction en aérosol offert au Canada depuis peu, mais qui charme déjà les services des incendies aux abords de Québec.
Le procédé a d'abord été conçu pour les bateaux, puis pour un usage terrestre. L'aérosol en question inhibe la réaction en chaîne du feu grâce à du sel de potassium et de la céramique. Il ne laisse qu'une mince couche de poudre sur l'espace incendié.
«Dans un local de serveurs informatiques, ça n'endommage même pas le disque dur», assure Guy Gervais, d'Alarme et sécurité dynamique, distributeur pour la grande région de Québec. L'entreprise a déjà fait des démarches auprès de diverses institutions patrimoniales, des entreprises et des hôtels.
Un générateur FirePro se déclenche de lui-même à 57 degrés Celsius, alors qu'un gicleur se déclenche à 135 degrés. «On ne prend pas la place des pompiers, mais on peut intervenir beaucoup plus vite, notamment avec les petits formats, que l'on dégoupille et que l'on lance comme une grenade directement sur le foyer d'incendie», explique M. Gervais.
En tenant compte du volume d'un espace et la ventilation de celui-ci, on utilisera des produits de différents formats. «Par exemple, un FP 200M est efficace pour une voiture en feu, et un FP 1000M pour une pièce complète», indique M. Gervais. «Pour l'instant, rien n'est disponible spécifiquement pour le résidentiel, mais on travaille déjà sur quelque chose en recherche et développement et un petit FP 20 pourrait faire l'affaire.»
FirePro a déjà été présenté aux chefs des pompiers de Donnacona, de Saint-Raymond et de Sainte-Catherine-de-la-Jacques-Cartier. «C'est un produit extrêmement intéressant, révolutionnaire même, mais pour l'instant, il implique des coûts assez élevés», commente Jean-Claude Paquet, directeur du service des incendies de Saint-Raymond. Celui-ci compte tout de même recommander l'acquisition de quelques items pour compléter son équipement, notamment pour intervenir lors d'accidents de la route. À titre indicatif, le plus petit format offert se détaille à 135 $ et le plus gros, à 2680 $, mais n'exige pas de frais d'entretien. Il est approuvé par le Code du bâtiment et Transports Canada.