Marie-Elaine Benoit: l’ingrédient clé d’un design intelligent [VIDÉO] 

Au-delà de la mode et des tendances, le design doit avoir un sens. C’est, plus que tout, ce qui motive la directrice de création en design Marie-Elaine Benoit, récemment nommée dans le top 100 des professionnels les plus créatifs de 2020 par le magazine de marketing américain AdWeek.

C’est l’amour pour l’art qui a amené Marie-Elaine Benoit en design graphique, un domaine qui lui permet non seulement d’exprimer librement sa créativité, mais aussi qui la pousse chaque jour à se dépasser. «J’ai toujours eu besoin d’accomplir de nouveaux défis. Ce qui m’intéresse, c’est le storytelling», raconte-t-elle, en entrevue. 

La directrice de création en design chez Sid Lee, une agence de création multidisciplinaire internationale basée notamment à Mont­réal, se dit très surprise d’avoir été nommée dans le palmarès des personnes les plus créatives et inspirantes pour les générations futures. «Je n’ai jamais imaginé que je ferais partie d’un palmarès aussi prestigieux, mais je suis surtout contente que mon travail soit reconnu et qu’il inspire», affirme Marie-Elaine Benoit. Dans le top 100 du magazine de marketing américain AdWeek, on retrouve entre autres les chanteurs Dolly Parton, John Legend et l’acteur et animateur Trevor Noah.

Marie-Elaine Benoit

Un design intelligent dans Charlevoix

Pour Marie-Elaine Benoit, le design, qu’on retrouve partout autour de nous, se doit d’être intelligent, d’avoir une raison d’être. Ses designs doivent être «compréhensibles, très efficaces, uniques» et doivent «générer du sens» pour les gens, explique-t-elle.

Un de ses derniers projets, qui illustre bien le concept de «design intelligent», c’est la modernisation de l’identité visuelle de l’ancien couvent des Petites Franciscaines de Marie, situé à Baie-Saint-Paul, dans Charlevoix. Devenue une auberge de jeunesse, un café, un studio d’artistes et entourée de son jardin communautaire, la Maison mère de la congrégation s’est vue modernisée sans pour autant être dénaturée de son patrimoine ancestral, assure la directrice de création.

Pour Marie-Elaine Benoit et l’équipe de Sid Lee, il était important de «créer une image de marque qui rétablirait la cohésion entre les multiples facettes» de ce bâtiment historique. «J’aime quand le logo, la typographie, les couleurs et les textures résonnent avec l’histoire de la marque», souligne Mme Benoit. Pour la Maison mère de Baie-Saint-Paul, Marie-Elaine Benoit a créé le logo et les pictogrammes en s’inspirant de l’architecture de l’ancien couvent et de ses trois clochers.

La directrice de création en design a également travaillé avec l’entreprise de design américaine, IDEO, pour leur projet The Design Vanguard, qui rassemble une communauté philanthropique de leaders mondiaux dans l’industrie du design. Marie-Elaine Benoit et son équipe avaient pour mission de créer une identité visuelle pour The Design Vanguard. Mme Benoit a alors décidé de miser sur «l’iconographie pour approfondir le sens des mots et augmenter leur impact, repenser le langage, comme The Design Vanguard repense le design».

Pendant plus de 10 ans, Sid Lee a accompagné notamment la SAQ dans ses campagnes publicitaires. L’entreprise a également intégré les pastilles de goût et la carte «Inspire» à l’image de marque de l’entreprise.

Le projet de modernisation de la Maison mère de la congrégation de Baie-Saint-Paul illustre bien le concept de «design intelligent» selon Marie-Elaine Benoit. Il a été important de «créer une image de marque qui rétablirait la cohésion entre les multiples facettes» de ce bâtiment historique.

Un design responsable

Alors qu’on commence tout juste à parler d’économie circulaire, Marie-Elaine Benoit, elle, en est déjà au concept de «design circulaire». Selon elle, les designers ont ce pouvoir d’influencer leurs clients par leurs projets, par leur art et par leur vision. «Je pense que les designers peuvent avoir un impact non seulement environnemental, mais aussi sociétal. En design, on a aussi notre responsabilité», estime-t-elle.

Le but de la directrice de création en design : faire des projets qui sont aussi là pour rester. «Quand on fait du design graphique ou expérientiel, il faut que ce qu’on crée puisse être réutilisé ou du moins recyclé. On doit créer et fabriquer des projets qui vont rester comme un legs après leur utilisation», croit Mme Benoit.