Maison express

Tero: de résidus d’aliments à fertilisants

Un petit électroménager qui transforme les résidus alimentaires en fertilisant prêt à l’emploi? Voilà le pari de Valérie Laliberté et Elizabeth Coulombe, derrière l’entreprise en démarrage Tero. 

Les deux jeunes femmes dans la mi-vingtaine ont développé cette idée en faisant leur projet de fin d’études en design de produits, à l’Université Laval. Leur prototype, de la grosseur d’une cafetière, réduirait le volume des déchets de 90 % en seulement quelques heures, tout en diminuant les odeurs. 

Le prototype réduirait le volume des déchets de 90 % en seulement quelques heures.
Tero est un petit électroménager pas plus gros qu'une cafetière, voué à être placé sur le comptoir.

Elizabeth Coulombe explique que la matière qui en résulte n’est pas du compost, puisque le processus n’implique aucun microorganisme. Réduit par la chaleur, le fertilisant est voué à être entreposé et utilisé dans les plantes, au jardin ou sur le gazon, énumère la conceptrice. 

Après avoir sondé 300 personnes par questionnaire et fait plusieurs entrevues, le duo a compris que les consommateurs étaient prêts à réduire leur quantité de déchets, mais avec «quelque chose de beau». D’où le petit format épuré, qui s’intègre bien sur le comptoir.

Un prototype non fonctionnel de Tero est exposé au Musée de la civilisation jusqu’au 3 septembre, choisi par le designer québécois Michel Dallaire pour son exposition De l’idée à l’objet

Valérie Laliberté et Elizabeth Coulombe, qui ne sont pas ingénieures, travaillent avec Solutions Novika à La Pocatière pour développer la technologie de leur produit. Elles comptent lancer une campagne de sociofinancement cet automne et ont pour objectif de commercialiser Tero en 2019 ou 2020. Le prix? «Difficile à dire, mais on ne veut pas dépasser les 400 à 450 $.» 

Info: facebook.com/TeroProjet

***

Napperons de Pâques

Manu Design & Co propose pour Pâques un paquet de 48 napperons en papier. Une façon amusante de décorer la table. Emmanuelle Robert, de Québec, a développé une gamme de produits, de l’art imprimé inspiré par le design scandinave et minimaliste, en parallèle à ses activités de décoratrice. D’une grandeur de 11,5 pouces par 17,5, son ensemble de napperons est vendu en ligne 15 $, plus les frais de livraison de 8,50$. Ou en version imprimable à 6,50 $.

Info: manu-co.com

Paquet de 48 napperons en papier Manu Design & Co