Le designer Ivan Brousseau voit le meuble comme une oeuvre d'art.

L'objet design: le fauteuil LOV

Le design industriel façonne notre quotidien. Chaque semaine, Le Soleil vous présente un objet issu de cette discipline et son concepteur.
Concepteur
Ivan Brousseau, 46 ans, de Jonquière
Il a fait un DEC en électronique avant d'aller étudier en design industriel au Cégep de Sainte-Foy. Il a travaillé au sein de diverses compagnies, grandes et petites, sur toutes sortes d'objets usuels. «Travailler avec le textile, les foams, les mousses, a éveillé une passion pour le meuble», commente-t-il à propos du temps où il a conçu des équipements de protection pour le hockey et le baseball. Il est maintenant designer senior chez Bombardier produits récréatifs et développe en parallèle ses propres objets design.
Son objet
Le fauteuil LOV, un fauteuil d'appoint composé d'une structure en bois carrée et élégante, et d'une masse de mousse recouverte de cuir pour l'assise.
Citation
«Lorsqu'on dessine, on doit déjà penser aux contraintes
de fabrication, le compromis fait partie du travail du designer. Un bon designer est capable de trouver des solutions.»
<p>Le concepteur du fauteuil LOV, Ivan Brousseau</p>
Ses modèles
L'ensemble des fauteuils de Philippe Starck, la Chaise Wassily, aussi connue comme chaise modèle B3 dessinée par Marcel Breuer et le fauteuil Barcelona de Mies van der Rohe.
Le défi
Une fois le fauteuil imaginé et dessiné, il faut trouver un partenaire pour le produire. Ivan Brousseau a déjà réalisé un prototype complet en partenariat avec Michel Prud'homme de la boutique Interversion à Montréal. La date de commercialisation n'est pas encore déterminée.
L'objectif
Créer des objets et des meubles beaux et utiles qu'il aimerait avoir chez lui, libérés des contraintes de la mise en marché de masse. «Je cherche de belles formes et de belles proportions. Tous mes fauteuils sont des fauteuils d'appoint, des pièces uniques. Je vois le meuble comme une oeuvre d'art», indique M. Brousseau, qui a la chouette habitude de donner à ses créations des noms de trois lettres, en majuscules, et qui roulent en bouche.