L'artisane Hélène Drolet est spécialisée en restauration et en finition de bois

Les portes de l'Assemblée nationale retrouvent leur lustre

Hélène Drolet vient de relever le plus grand défi de sa carrière de restauratrice. L'artisane de Saint-Apollinaire a redonné leur lustre aux trois portes de la façade de l'Assemblée nationale. Un travail de moine qui a demandé minutie et patience.
<p>Le travail de décapage était délicat, puisque le bois a été sculpté à plusieurs endroits.</p>
Ébéniste de formation, Mme Drolet s'est spécialisée, au cours des années, en finition et en restauration d'éléments en bois. «Je travaille à la sauvegarde du patrimoine mobilier et bâti», dit-elle. Elle consacre la plupart de son temps aux portes, aux boiseries et aux fenêtres, des pièces qui ne peuvent pas facilement être déplacées comme les meubles.
L'artisane a mis au point une technique de restauration sans décapage. Lorsque c'est possible, elle «récupère» le vernis en le «diluant un peu», question «de cacher les défauts». «Ça rehausse le vernis en lui donnant une deuxième vie. Je prépare mes propres couleurs à partir des produits de nos ancêtres : huiles, pigments, gommes-laques...», explique-t-elle. Ses méthodes permettent de sauvegarder la couleur d'origine et sont beaucoup moins invasives. Au parlement, notamment, on ne voulait pas bloquer l'accès.
En 2014, Mme Drolet s'était chargée de la porte des visiteurs de l'Assemblée nationale et de l'escalier principal. La restauration des deux autres portes de façade, en noyer recouvert de vernis italien, a nécessité trois mois de travail à temps plein cet été. Le but était de protéger celles-ci des intempéries et de la haute circulation. On devait agir avant que le bois ne noircisse ni ne demande des travaux d'ébénisterie plus coûteux.
Les trois portes n'étaient pas de la même couleur, à l'extérieur, explique Mme Drolet. Puisque les responsables souhaitaient l'uniformisation, le décapage a été nécessaire. Un travail minutieux, puisque le bois a été sculpté à plusieurs endroits. Les échafaudages ont dû être remontés à plusieurs reprises pour standardiser la couleur des portes. La restauration de l'intérieur des portes a toutefois pu être réalisée sans décapage, puisque la couleur était constante.--
Avec un entretien tous les quatre ans, les portes devraient pouvoir éviter les signes de vieillissement avant une bonne dizaine d'années, indique Mme Drolet.
À domicile
Mme Drolet travaille aussi chez les particuliers, à domicile. «J'ai remarqué qu'on sauvegardait moins les éléments en bois que les meubles. Les gens font refaire par des ébénistes au lieu de remettre à neuf», se désole-t-elle. L'artisane se charge des portes, des boiseries, des fenêtres, des escaliers et des meubles directement à la maison. Ses clients apprécient qu'on limite les déplacements pendant les rénos, dit-elle.
Info : Les Finitions Artisanales Hélène Drolet, goo.gl/OIo0Tf