Séneçon blanc Angel Wings (Senecio candicans “Senaw”)

Les Exceptionnelles 2019: de belles découvertes (suite)

La semaine dernière, je vous ai présenté quatre des nouvelles introductions Les Exceptionnelles pour 2019. Voici les trois autres.

1- Séneçon blanc Angel Wings (Senecio candicans “Senaw”) (photo principale)

Sans doute le plus original des gagnants Exceptionnelles 2019, le séneçon blanc Angel Wings offre de grandes feuilles blanc argenté très douces au toucher. C’est une couleur qui mettra en valeur les plantes avoisinantes, mais la plante est des plus impressionnantes isolée aussi. Ne vous attendez pas à une floraison quelconque : c’est une plante cultivée pour son beau feuillage. Ce séneçon réussit au soleil, la situation idéale, ou à la mi-ombre et dans tout sol bien drainé. Il tolère une certaine sècheresse, mais sans exagération. Originaire de la Terre de Feu, à la pointe de l’Amérique du Sud où les températures sont fraîches à froides toute l’année, il ne sera pas dérangé par des températures fraîches et tolérera même plusieurs degrés de gel. Il fait une excellente plante d’intérieur pendant l’hiver : placez-le devant une fenêtre ensoleillée et arrosez-le modestement. On peut le multiplier par division ou bouturage. H : 20-40 cm. L : 20-30 cm.

Des plantes comestibles

Le programme Les Exceptionnelles a pensé innover cette année en ajoutant des plantes comestibles à son programme. Ainsi, dans les trois jardins d’essai (le Jardin botanique Roger-Van den Hende, le Jardin Daniel A. Séguin et le Jardin botanique de Montréal), il y avait une section de légumes et de fines herbes à essayer. Le visiteur devait goûter à ces plantes et donner son appréciation. Le hic, c’est quand trop de gens récoltent une plante, il n’en reste plus pour les suivants! Ainsi, quand j’ai visité le Jardin botanique Roger-Van den Hende l’été dernier, j’ai été déçu : il n’y avait plus de fruits prêts à manger sur les plants! 

L’an prochain, les organisateurs vont réviser leur façon de fonctionner vis-à-vis des plantes comestibles. J’ai entendu dire qu’il y aura des journées spécifiques où l’on organisera des dégustations spéciales, ce qui est beaucoup plus logique. 

***

Pour 2019, il y a deux légumes parmi les gagnants des Exceptionnelles.

Piment habanero “Iracema Biquinho” (Capsicum chinense “Iracema Biquinho”)

2- Piment habanero “Iracema Biquinho” (Capsicum chinense “Iracema Biquinho”)

Il ne s’agit pas du piment habituel (Capsicum annuum), mais d’une autre espèce, le piment habanero (C. chinense). Dans les pays plus chauds, ce petit arbuste vit plusieurs années, mais chez nous, il est traité comme une plante annuelle. Il produit de petites feuilles lancéolées vertes et des fleurs blanches à violacées. Mais ce qui nous intéresse, ce sont ses petits fruits : ronds, de 2 à 3 cm de diamètre, passant de jaunes à rouges à maturité, avec une protubérance à l’extrémité qui fait penser à un bec d’oiseau. D’ailleurs, Biquinho veut dire «petit bec» en portugais (la plante vient du Brésil). Quant à Iracema, c’est un nom amérindien voulant dit «lèvres sucrées», car l’attrait le plus surprenant de ce piment est qu’il n’est pas piquant! Même s’il s’agit d’une sélection du piment habanero, qui produit les fruits les plus brûlants au monde, ‘Iracema Biquinho’ a un goût doux et sucré, comme de la rhubarbe acidulée. Il se mange cru, notamment comme dessert, car il perd son goût à la cuisson.

Cultivez ce piment original comme tout autre piment, au plein soleil dans un sol riche et un emplacement chaud, à l’abri du vent. Le temps de maturité est de 85 à 90 jours. On peut récolter les semences pour les planter l’année suivante, du moins, s’il n’y a pas d’autres piments ou poivrons dans le secteur, sinon il pourrait y avoir des croisements non désirés! H : 60-75 cm. L : 40 cm.

***

Tomate cerise Profi-Tutti Cherry (Solanum lycopersicum Profi-Tutti “Cherry”)

3- Tomate cerise Profi-Tutti Cherry (Solanum lycopersicum Profi-Tutti “Cherry”)

Voici une belle grande tomate de très grande taille (il lui faut un support solide!) qui produit de longues chaines de petits fruits rouge foncé brillants mesurant environ 20 cm chacun. Les fruits sont très sucrés, excellents au goût. La série Profi-Tutti est conçue autant pour la culture en serre que pour la culture en plein air, donc on cultive cette plante des deux façons. Bonne résistance aux maladies. Temps de maturité : 90 jours après la transplantation. H : 1,5 à 2 m. L : 60 à 90 cm.

***

Le nombre de mantes religieuses dans un jardin est rarement assez important pour faire baisser la population des proies de façon significative.

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Coccinelles et mantes religieuses

Q Certains vendeurs offrent sur Internet des œufs de mantes religieuses ou de coccinelles pour se débarrasser d’insectes nuisibles au jardin. À les entendre, l’éclosion desdits œufs s’effectue très facilement et le résultat est très efficace, aussi bien au jardin que dans les serres. Quel est votre avis là-dessus? Est-ce aussi facile et efficace qu’ils le prétendent?  — Marie-Claire Héroux

R En fait, ils vendent des oothèques (amas d’œufs) de mante religieuse (Manta religiosa), mais des coccinelles adultes. Dans le premier cas, il peut être amusant de les acheter et d’observer les petites mantes éclore : ils sont identiques aux adultes, mais minuscules. Le problème est qu’elles se mangent entre elles. Ainsi, les centaines de nymphes qui naissent ne donnent souvent qu’un ou deux adultes. Les mantes attrapent et mangent d’autres insectes, surtout des insectes nuisibles, mais leur nombre dans un jardin est rarement assez important pour faire baisser la population des proies de façon significative. De plus, rien ne garantit que les mantes que vous libérez sur votre terrain resteront sur place, car elles peuvent voler. La mante religieuse ne survit pas à l’hiver dans notre région. Il faut la réintroduire chaque année.

Quant aux coccinelles qu’on nous vend, il faut s’assurer qu’il ne s’agit pas de la coccinelle asiatique (Harmonia axyridis), une espèce importée envahissante qui menace les coccinelles indigènes par sa multiplication rapide et qui, de plus, a la mauvaise habitude d’envahir les maisons à l’automne. Son achat est déconseillé pour des raisons environnementales. Cherchez plutôt une espèce indigène, comme la coccinelle convergente (Hippodamia convergens), indigène dans notre région. On vous vend des adultes en paquets de 1 000 et, grâce à ce nombre et à leur appétit vorace (une femelle peut manger jusqu’à 75 pucerons pas jour!), leur efficacité pour contrôler les insectes indésirables est excellente. Par contre, encore, vous ne savez jamais si elles vont rester dans vos jardins ou partir chez un voisin. Les coccinelles libérées en serre, par contre, ne pouvant pas aller ailleurs, seront beaucoup plus efficaces.

***

Conservez l’eau de saule

Q Comment peut-on conserver l’eau de saule? — Nathaël Hubert

R L’eau de saule est une solution créée en faisant tremper des tiges de saule écrasées au marteau dans de l’eau pendant 24 heures. Elle a la réputation de stimuler l’enracinement et donc on l’utilise en remplacement des hormones d’enracinement achetées. La technique est de placer des tiges à bouturer dans l’eau de saule jusqu’à ce qu’on voie les premières racines, puis de les transplanter dans un terreau approprié.  Le défaut de l’eau de saule est sa faible durée de conservation : déjà, après seulement 48 heures, les hormones qu’elle contenait sont passablement décomposées. Normalement, il faut fabriquer une nouvelle solution chaque fois qu’on a des plantes à bouturer. On peut toutefois congeler l’eau de saule fraîche et ainsi la conserver jusqu’à 3 mois pour une utilisation ultérieure, mais il faut l’employer aussitôt qu’elle est dégelée.

***

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à: courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à: Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec)  G1K 7J6

***

Calendrier horticole

Balade en sous-bois

En compagnie de Suzanne Hardy, le Club Kinnikinnick invite la population à découvrir rhododendrons, azalées et plantes compagnes du sous-bois et de l’érablière du Domaine Joly-De-Lobinière à 10h30 le samedi 25 mai. Il y aura une balade suivie d’un diaporama. Apportez un lunch ou mangez au café. Prévoir le coût d’entrée au Domaine (10 $). En cas de pluie, activité remise au 1er juin. Adresse du Domaine : 7015, route de Pointe Platon, Sainte-Croix. Info : kinnikinnick69@gmail.com

+

Annuelles et bisannuelles

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence sur les annuelles et les bisannuelles avec Jean-Denis Brisson. Elle aura lieu le dimanche 26 mai à 10h à la jardinerie Floralies Jouvence, 2020, avenue Jules-Verne, Québec. Coût : gratuit. Info :  societeeducativervdh@gmail.com ou 581 922-1034.

+

La culture des orchidées

L’Association d’horticulture de Thetford Mines vous propose une conférence intitulée «La culture des orchidées pour tous» avec André Poliquin. Elle aura lieu le mardi 28 mai à 19h30 à la Maison de la culture, 5, rue de la Fabrique, local 125, Thetford Mines. Info : Brigitte Bolduc à 418 335-2045

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

***

ENTRETIEN HORTICOLE

À faire cette semaine!

  • Semez les annuelles à croissance rapide à l’intérieur : agérate, amarante, célosie, cosmos, œillet d’Inde, etc. pour leur donner une petite avance sur la saison.
  • Évitez de semer ou de planter les végétaux frileux en pleine terre : tomate, poivron, concombre, bégonia, impatiens, etc., car les nuits sont encore froides.
  • Si vous avez déjà planté des végétaux frileux, n’oubliez pas de les recouvrir la nuit si on annonce des températures inférieures à 12 °C.
  • Réactivez votre compost en y mélangeant des ingrédients frais.