Les designers d’intérieur réclament un titre réservé

Architectes, ingénieurs, entrepreneurs, maîtres électriciens, maîtres plombiers sont tous des professionnels du domaine de la construction encadrés par la loi. Les designers d’intérieur réclament de même.

«En Nouvelle-Écosse et au Nouveau-Brunswick, une loi encadre le titre et le champ de pratique des designers d’intérieur, qui sont réservés aux membres des associations provinciales. L’Ontario, le Manitoba, la Saskatchewan, l’Alberta et la Colombie-Britannique ont quant à elles des titres réservés. Québec est l’une des dernières provinces canadiennes à n’avoir aucune forme d’encadrement», déplore Marie-Christine Dubé, présidente de l’Association professionnelle des designers d’intérieur du Québec (APDIQ), un OBNL qui regroupe plus de 800 membres. 

À l’heure où ce métier est popularisé par les émissions de télévision, le regroupement estime que le public doit savoir s’il a affaire à un professionnel qualifié ou à quelqu’un qui s’en donne le titre. Ce qui n’est pas possible, faute d’encadrement. 

L’APDIQ a déposé un mémoire cette semaine pour demander d’inclure les designers d’intérieur à la Loi sur les architectes, qui est en révision.