Haricot d’Espagne

Légumes originaux pour votre potager

Tout jardinier a probablement déjà cultivé des betteraves, des tomates, de la laitue et d’autres légumes «classiques». Voici cependant quatre légumes moins connus, mais quand même fort intéressants que vous pourrez essayer dans votre potager cet été!

1) Cerise de terre (Physalis pruinosa)

D’accord, on voit des cerises de terre au restaurant, mais pas souvent encore dans les potagers domestiques. C’est pourtant un légume facile à cultiver et combien prolifique! Les fruits très sucrés s’emploient comme garniture, comme au restaurant, mais aussi en confiture, coulis et même dans l’assiette, à la manière d’une tomate cerise. 

Semez-la à l’intérieur en avril, recouvrant les graines de 0,6 cm de terreau. Cultivez les semis comme on le ferait avec des plants de tomates, au soleil intense dans un emplacement assez chaud. Ne repiquez en pleine terre que quand le sol et l’air se sont réchauffés, probablement à la mi-juin, au plein soleil dans un sol riche et plutôt humide. 

Les fleurs jaunes cèdent la place aux capsules enflées papyracées d’abord vertes. Quand elles brunissent, étendez un linge ou un filet sous les plantes pour attraper les fruits, car ils tombent au sol quand ils sont mûrs. (Vous comprendrez alors pourquoi on les appelle cerises de terre!)

Cerise de terre

2) Arroche (Atriplex hortensis)

C’est l’un des légumes européens les plus anciens, mais il est peu cultivé de nos jours. La forme habituelle 

(A. hortensis rubra) offre l’avantage d’avoir de belles feuilles rouges. D’ailleurs, ce sont les feuilles que l’on consomme, crues ou cuites, à la manière de l’épinard… et d’ailleurs, elles goûtent les épinards. La coloration rouge est toutefois perdue lors de la cuisson. 

Semez les graines en pleine terre à une profondeur de 1,5 cm dès que le sol peut être travaillé. L’arroche préfère un sol ordinaire à riche au plein soleil ou à la mi-ombre. Éclaircissez les plants à environ 25 cm. Récoltez les jeunes feuilles à volonté; les feuilles matures deviennent coriaces. Pincez (supprimez) l’extrémité des tiges à l’occasion pour stimuler la ramification. Laissez toutefois une plante monter en graine. Ainsi, l’arroche se ressèmera, assurant la récolte de l’année suivante.

Arroche

3) Haricot d’Espagne (Phaseolus coccineus)

Cette grimpante vigoureuse pousse si vite qu’elle a été le modèle pour l’histoire Jacques et le haricot magique! Vous trouverez peut-être ses semences dans le rayon des semences de fleurs annuelles, car c’est une plante fort ornementale, notamment grâce à ses fleurs rouge vif qui attirent les colibris. Mais c’est un légume délicieux aussi. On peut manger les gousses comme haricots verts quand elles sont encore jeunes et sveltes ou encore les laisser mûrir sur le plant pour obtenir des graines (des «bines»), comestibles après un bon trempage et une longue cuisson. Aussi, les jeunes feuilles se mangent cuites ou crues et les belles fleurs aussi! 

Semez les grosses graines en pleine terre à une profondeur de 2 à 3 cm quand le sol s’est réchauffé, espaçant les plantes de 10 cm. Il faut un grand tuteur ou un treillis (2 m ou plus) pour cette plante gigantesque.

Haricot d'Espagne

4) Fenouil à bulbe (Foeniculum vulgare dulce ou F. v. azoricum)

Le fenouil est une très jolie plante, avec un feuillage fortement découpé plus léger que celui d’une fougère. Il y a deux formes : le fenouil commun (F. vulgare) ne produit pas de bulbe et ses feuilles servent à aromatiser les mets. Le fenouil à bulbe ou fenouil de Florence (F. v. dulce) forme un genre de bulbe (en fait, des feuilles imbriquées à leur extrémité inférieure) qu’on mange comme légume. Son goût est doux et sucré, rappelant l’anis. 

Semez en pleine terre à 1 cm de profondeur quand le sol se réchauffe ou encore, à l’intérieur au début de mai. Espacez les plants de 20 cm. Il leur faut le plein soleil et un sol meuble et bien drainé. Le fenouil aime bien un emplacement chaud. Récoltez quand le bulbe est bien formé, mais avant qu’il devienne fibreux, vers la fin de l’été.

Fenouil à bulbe

***

Où les trouver?

Tous ces légumes sont offerts par semences dans la plupart des jardineries, sinon dans les catalogues de semences.

+

RÉPONSES À VOS QUESTIONS

Tailler un laurier-rose

Q  J’ai un laurier-rose que je place sur mon balcon l’été, mais il est devenu énorme. Est-ce que je peux le tailler?  — L. Lachance

R  Oui et de plus, c’est la bonne saison pour le faire. Le laurier-rose (Nerium oleander) fleurit sur le bois de l’année. Ainsi, si on le taille à la fin de l’hiver ou tôt au printemps, avant sa reprise de croissance, il aura encore le temps de produire des fleurs cet été sur les nouvelles branches qui paraîtront à la suite de cette taille.

Avant de tailler, toutefois, couvrez le plancher d’une toile de plastique, car le laurier-rose dégage beaucoup de sève blanche collante qui peut couler sur le plancher. Mettez aussi des gants et des lunettes de protection lors de la taille, car la sève est irritante si elle aboutit sur la peau ou dans les yeux. Faites attention aussi de ne pas avaler de la sève, car elle est très toxique!

N’hésitez pas à tailler le laurier-rose sévèrement, car la plante repousse rapidement. Même si vous la rabattez à 30cm du sol, elle repoussera sans problème et mesurera sûrement au moins 1m à la fin de l’été.

***

Dommages au gazon sous une mangeoire

Q  Je nourris les oiseaux en hiver, mais le gazon sous les mangeoires est souvent en piteux état l’été suivant. Avez-vous des suggestions pour maintenir un beau gazon sous une mangeoire?  — Michel Cliche

R  Déjà, un bon ratissage du secteur au printemps quand la neige aura fondu enlèvera le gros des déchets qui aurait pu étouffer le gazon. Malgré cela, certaines graines non consommées, trop petites pour être ramassées au râteau, peuvent quand même germer dans le gazon. Habituellement, cela cause toutefois peu de problèmes, car la première tonte du printemps fauche les semis et met fin à leur vie. 

Le problème principal vient plutôt des graines de tournesol. Il se trouve que les coques de tournesol sont toxiques pour beaucoup de plantes, dont les graminées de gazon, à cause des phytotoxines qu’elles dégagent. 

Pour éviter ce dommage, placez votre mangeoire non pas dans le gazon, mais sur une surface où la présence de coques n’aura pas d’influence sur des plantes : peut-être au-dessus d’un patio. Il existe aussi des récupérateurs de graines qu’on peut installer sous une mangeoire et qui attraperont la plupart de celles qui tombent. Ou couvrez le sol au pied de la mangeoire d’un géotextile ou autre étoffe au début de l’hiver, l’enlevant au printemps avec tous les déchets. Vous pouvez également utiliser en mangeoire des graines de tournesol décortiquées (dont la coque a été enlevée), mais elles coûtent plus cher que les graines intactes.

Enfin, la toxicité des tournesols n’affecte pas toutes les plantes. Voici quelques espèces qui y résistent et que vous pourriez alors cultiver au pied de la mangeoire plutôt que le gazon.

  • Buis (Buxus spp.)
  • Clématite (Clematis spp.)
  • Coréopsis (Coreopsis spp.)
  • Cotonéaster (Cotoneaster spp.)
  • Dahlia (Dahlia spp.)
  • Échinacée (Echinacea spp.)
  • Hémérocalle (Hemerocallis spp.)
  • Heuchère (Heuchera spp.)
  • Iris (Iris spp.)
  • Lamier (Lamium spp.)
  • Lantana (Lantana spp.)
  • Lupin (Lupinus spp.)
  • Mélisse (Melissa officinalis)
  • Menthe (Mentha spp.)
  • Œillet (Dianthus spp.)
  • Pervenche (Vinca spp.)
  • Rose (Rosa spp.)
  • Rudbeckie (Rudbeckia spp.)
  • Thym (Thymus spp.)
  • Tournesol (Elianthus spp.)

***

Des questions svp!

Vous pouvez nous joindre par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com

Par courrier à : Le jardinier paresseux, Le Soleil, C.P. 1547, succ. Terminus, Québec (Québec), G1K 7J6

+

ENTRETIEN HORTICOLE: À FAIRE CETTE SEMAINE

  • C’est la bonne saison pour tailler les plantes d’intérieur devenues trop grandes.
  • Évitez de marcher sur le gazon tant que le sol n’est pas asséché. 
  • Récoltez des branches de chatons de saule pour donner un effet printanier à votre demeure.
  • Empotez les bulbes d’été (bégonia tubéreux, cannas, callas, etc.) de façon à gagner une avance sur la saison de floraison.
  • Vérifiez l’état de votre gouttière et nettoyez-la si elle est encombrée de feuilles ou de brindilles.

+

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent.

> Projets extérieurs et matériaux de décoration

La Société éducative Roger-Van den Hende offre une conférence sur les projets de jardinage en plein air et les matériaux décoratifs appropriés avec Michel Bédard. Elle aura lieu le dimanche 14 avril, 10h, à la jardinerie Floralies Jouvence, 2020 avenue Jules-Verne, Québec. Coût : 2 $ pour les non-membres. Info: jean.denis.brisson@globetrotter.net.

> Les petits fruits dans l’histoire locale

La Société d’horticulture de Sainte-Foy vous invite à la conférence Les petits fruits dans l’histoire locale avec Nathalie McIssac du Ricaneux. Elle se tiendra le mardi 16 avril, à 19h30, au Centre Sportif de Sainte-Foy (aréna, 2e étage), sis au 930, avenue Roland-Beaudin. Coût : 8 $ non-membres. Info : 418-653-4785 ou 418-651-3837.

> Aménagement paysager comestible

La Société d’horticulture et d’écologie de Portneuf invite la population à sa prochaine conférence qui aura lieu le dimanche 14 avril, à 13h30, à l’Hôtel de ville, 110, rue Principale, Saint-Gilbert. Guillaume Pelland parlera de l’aménagement paysager comestible. Gratuit pour les membres et les résidents de Saint-Gilbert, 5 $ pour les autres. Info : 418-285-2981, sheportneuf.org/calendrier 

> Prévenir et contrôler les dommages au potager

Lili Michaud présentera le cours Prévenir et contrôler les dommages au potager le samedi 27 avril, de 9h30 à 16h30. Endroit : Cégep Garneau, 1660, boulevard de l’Entente, Québec. Préinscription obligatoire. Info et inscription : lilimichaud.com ou 418-522-5654.

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.