Le merveilleux monde des jouets anciens

Jean Bouchard souffre de la maladie du collectionneur. Il fait une fixation sur les jouets. Pour intéresser son fils Élie, il a commencé avec des petites voitures Hot Wheels. Vingt ans plus tard, le jeune homme est irrémédiablement contaminé. Mais pas autant que son papa...
«Aujourd'hui, il y en a près de 3000 au sous-sol et mon fils est devenu un véritable expert en ce domaine», écrit Jean Bouchard, dans l'avant-propos du livre qu'il vient de publier aux Éditions GID, Du bolo au G.I. Joe. Jouets au Québec 1939-1969.
Âgé de 67 ans, cet enseignant à la retraite, psychologue de formation, cultive sa passion pour la communication. «Ce qui m'intéresse, c'est montrer les choses», dit-il.
Comme un collectionneur digne de ce nom, il est incapable de jeter quoi que ce soit. «Je transporte une partie de notre histoire», argue-t-il en énumérant les endroits où il stocke ses trésors: au sous-sol de sa maison de Charny, dans le cabanon, voire chez sa blonde, quand il ne peut pas faire autrement.
L'homme a été antiquaire pendant quelques mois, en 1985. Il s'est mis à courir les encans, les marchés aux puces, les bazars et les ventes de garage. C'est à la suite de cette incursion dans le merveilleux monde des objets anciens qu'il a commencé à collectionner les petits bolides pour son fils. De fil en aiguille, les jouets en tous genres ont accaparé sa vie.
Jean Bouchard a prêté 200 objets au Musée québécois de culture populaire, à Trois-Rivières, autour desquels s'articule une exposition baptisée Dans mon temps... les jouets. Le collectionneur en est pas mal fier parce qu'elle replonge le visiteur dans la magie de l'enfance et qu'elle fait appel aux sens, grâce aux odeurs et à la musique, notamment. L'exposition se tient jusqu'en janvier 2016.
Conférencier
L'ancien enseignant retrouve la joie de partager son savoir en offrant depuis trois ans des conférences qui s'adressent tant aux enfants qu'aux personnes âgées. Il leur apporte des jouets et il réussit à faire sourire même les vieux atteints de la maladie d'Alzheimer.
Jean Bouchard établit un contact instantané avec les gens grâce à ses petits objets propres à raviver les souvenirs. Montrez-leur un bolo, un four Easy-Bake, un Spirograph ou un ensemble de construction Tinkertoy, et voilà que les anecdotes ressurgissent! Mettez-leur le livre entre les mains, la conversation se termine net et ses interlocuteurs se mettent à rire tout seul. Ça le ravit. «Dix objets suscitent dix histoires», a-t-il constaté.
Le livre est divisé en plusieurs chapitres aux noms évocateurs et colorés, à l'image de l'ouvrage lui-même: «Mouillés jusqu'aux "eaux"», «Du foin pour mon cheval», «Catiner sans se lasser», «Trouvé dans une boîte de céréales».
Le ton est éminemment personnel, avec des références au propre passé de l'auteur. Voyez comment il parle du fameux bolo: «Qui ne se souvient pas d'avoir enroulé l'élastique autour du manche pour réduire le degré de difficulté?» Et dans votre région, les billes, vous les appeliez comment, quand vous étiez petits? Des boleys? Des marles? Des mardres?
Jean Bouchard caresse le projet d'écrire une suite à ce premier livre. Mais ne vous attendez pas à ce qu'il traite des jouets de 1969 à nos jours. «Les gens se reconnaissent dans les jouets de l'époque 1939-1969», décrète-t-il. L'expert fouillera dans ses riches réserves. Il continuera de solliciter les confidences et de contaminer tous ceux qui s'approchent de lui. Son livre sera en librairie au début de février.