Votre projet pour l’été 2020 : un potager rempli de vos légumes préférés
Votre projet pour l’été 2020 : un potager rempli de vos légumes préférés

Le jardin de la victoire 2.0

Larry Hodgson
Larry Hodgson
Le Soleil
Le «jardin de la victoire», originalement un potager conçu pour assurer une suffisance alimentaire durant les périodes difficiles des deux dernières guerres mondiales, est redevenu d’actualité en 2020. Le jardin de la victoire version 2.0 symbolise désormais la résistance contre le coronavirus. Le but? Produire vous-mêmes des légumes frais pour la table en cette période de confinement.

Mais pour produire des légumes, il faut un jardin. Voici une technique rapide pour en installer un. En effet, vous pourriez convertir tout espace gazonné — ou même un bout de stationnement! — en un potager productif en un seul après-midi. 

Choisir l’emplacement

Il faut un maximum de soleil pour un potager, au moins 6 heures par jour. Évitez aussi les emplacements envahis par les racines d’arbres… et une source d’eau à proximité est toujours bien appréciée.

Le cadre

Un cadre n’est pas obligatoire, mais est bien pratique. Préférez un bois peu putrescible afin que la structure dure longtemps. Le cèdre coûte cher, le bois composite encore plus, mais le mélèze est presque imputrescible et relativement bon marché. Ou traitez l’épinette, très bon marché, avec l’huile de lin, un des rares produits imperméabilisants acceptés en jardinage biologique. Évitez le bois traité, considéré impropre pour un potager à cause du cuivre qu’il peut dégager.

Remplissez le cadre de terre de qualité.

Un cadre de 2,4 m sur 1,2 m (8 pi x 4 pi) ou 1,2 m sur 1,2 m (4 pi x 4 pi) conviendrait bien pour un premier potager. La hauteur variera selon les besoins, de 30 cm (la hauteur de 2 planches de 15 cm posées l’une sur l’autre) pour un potager classique à 90 cm si vous êtes à mobilité réduite ou ne voulez pas avoir à jardiner à genoux. Aussi, si vous posez un potager sur une surface dure, comme un stationnement ou une terrasse, il faudrait assurer une bonne hauteur pour la culture des légumes à longues racines. 

L’installation

Tondez ou fauchez le site auparavant s’il est gazonné ou en friche. Laissez les résidus sur place: ils enrichiront le sol en se décomposant. 

Maintenant, couvrez toute la surface de papier (7 à 10 feuilles de papier journal ou autre) ou carton non ciré. Cette barrière coupera la lumière aux graminées et aux mauvaises herbes qui se décomposeront pour devenir du compost. Ne faites pas l’erreur d’utiliser du géotextile comme barrière! Vous voulez une barrière qui disparaîtra avec le temps pour que les racines puissent pénétrer le sol en dessous. 

Installez le cadre sur la barrière. 

Remplissez avec une terre à jardin de qualité. Si vous lui donnez les mesures de votre cadre, le marchand pourrait vous livrer exactement la quantité dont vous avez besoin.

Attendez deux ou trois semaines avant de commencer votre potager, car il y a encore risque de gel.

Par-dessus la terre, ajoutez 2 cm de compost et appliquez un engrais tout usage à dégagement lent (biologique de préférence) selon la quantité recommandée sur l’étiquette. Mélangez-le bien à la terre.

Couvrez maintenant la terre de 7 à 10 cm de paillis, nécessaire pour empêcher l’invasion des mauvaises herbes et pour égaliser l’humidité du sol. 

Voilà votre potager prêt à planter, mais attention, il est encore trop tôt pour le faire, car il y a encore risque de gel. Attendez deux ou trois semaines avant de commencer.

Semez ou repiquez?

Faites les premiers semis en pleine terre vers la mi-mai, quand le sol atteint environ 10 °C. Vous pouvez alors semer la plupart des légumes-feuilles et des légumes racines ainsi que certaines fines herbes (aneth, coriandre, etc.). À cette fin, tassez le paillis temporairement et semez dans la terre découverte à la profondeur et l’espacement recommandés sur le sachet de semences. 

Il y a aussi certains légumes-fruits qu’on peut semer en pleine terre de la même façon (concombres, courges, haricots, etc.), mais il faut attendre plus tard, que la température nocturne dépasse 15°C. 

Dans les deux cas, arrosez pour compléter l’ensemencement. Quand les semis ont de quatre à six feuilles, replacez le paillis autour et entre les plants. 

Achetez des plants de tomates, de poivrons et de certaines fines herbes, comme le romarin et le basilic pour repiquer dans le jardin, encore quand le sol et l’air sont bien réchauffés. À cette fin, tassez le paillis, creusez un trou pour chaque motte de racines, placez-le dedans et comblez de terre. Pour finir, replacez le paillis et arrosez bien. 

Nous aborderons l’entretien de votre premier potager dans une chronique à venir.

+

ENTRETIEN DE LA SEMAINE

Renégociez tout contrat d’entretien de terrain selon vos besoins. Ne vous laissez pas imposer des travaux inutiles.

Voici quelques semis à faire à l’intérieur au début de mail : herbes: ciboulette, fenouil; légumes: courge, laitue, melon; fleurs : agérate, alysse odorante, célosie, cosmos, œillet d’Inde, zinnia.

Quand le sol est bien asséché, râtelez doucement le gazon pour enlever feuilles mortes, brindilles, saletés, etc. 

Les semis faits en mars et avril grandissent et il peut être nécessaire de les repiquer dans des pots plus grands.

+

QUESTIONS

Plante de sous-bois à identifier

Q Quelle est cette fleur qui pousse dans le boisé de la maison Michel-Sarrazin?
Jacques Carl Morin

R C’est l’anémone des bois ou anémone Sylvie (Anemone nemorosa), spécifiquement le cultivar «Vestal» à fleurs semi-doubles blanches. Ce petit bulbe introduit d’Europe a dû être bien populaire autrefois, car on en trouve par milliers sur les terrains des vieux domaines de Sillery. Il y en a notamment à la Villa Bagatelle, au parc du Bois-de-Coulonge et dans le cimetière Saint-Patrick aussi.

Anémone des bois (<em>Anemone nemorosa</em>) à Cataraqui

L’anémone des bois vient dans d’autres couleurs (rose, jaune, bleu lavande, vert, etc.) et d’autres formes (simples, semi-doubles et doubles). Comme la plupart des bulbes, c’est une plante éphémère. Elle sort au printemps, fleurit, puis disparaît jusqu’au printemps suivant. 

Curieusement, on ne le trouve presque plus sur le marché aujourd’hui. Seulement quelques rares pépinières l’offrent par vente postale, notamment Fraser’s Thimble Farms (thimblefarms.com), une compagnie de la Colombie-Britannique. Notez que si vous commandez des anémones des bois maintenant, elles vous seront seulement livrées à l’automne, en même temps que les autres bulbes à floraison printanière.

*****

Quand arroser les semis?

Q J’ai une question concernant l’arrosage. J’ai planté mes semis il y a 2 jours et je constate qu’il y a déjà de petites pousses. J’ai arrosé lors de la plantation et apposé un dôme. J’ai de la difficulté à savoir quand je dois arroser à nouveau. Pouvez-vous me conseiller?
 Sylvie Blanchet

R Tant qu’il y a un dôme sur les semis, il est peu probable que vous ayez à les arroser, car il y a peu de perte d’humidité dans cet environnement. Par contre, normalement on enlève le dôme dans les jours qui suivent la germination, car sous la forte humidité qui y règne, il y a des risques de maladie (la fonte des semis). À partir du moment où le terreau est exposé à l’air ambiant, plus sec, il faut surveiller étroitement les arrosages, car le terreau peut s’assécher assez rapidement.

Il est facile de voir que le terreau s’assèche, car il change de couleur, passant de brun foncé (humide) à brun pâle (plus sec). Il n’est pas bon d’attendre à ce que les semis fanent avant d’arroser. Cela peut les tuer. 

La façon la plus facile pour arroser est de verser de l’eau tiède dans le plateau. L’eau montera dans les pots par capillarité, humidifiant le terreau. Après environ une demi-heure, quand le terreau est brun foncé de nouveau, drainez toute eau en surplus. 

Il peut falloir arroser plus d’une fois par semaine.

+

DES QUESTIONS SVP!

Vous pouvez nous joindre :
Par courriel à courrierjardinierparesseux@yahoo.com
Par courrier à
Le jardinier paresseux
Le Soleil
C.P. 1547, succ. Terminus
Québec (Québec)  G1K 7J6

+

CALENDRIER HORTICOLE

Vous cherchez des activités horticoles pour meubler vos temps libres? En voici quelques-unes pour les jours qui viennent.

Conversations horticoles
Durant la période de confinement dû au coronavirus, Larry Hodgson offre gratuitement des «conversations horticoles» en direct les mercredis à 10h sur Facebook.

Formations en ligne
L’agronome Lili Michaud offre des formations en ligne que vous pouvez suivre à votre rythme, dans le confort de votre foyer. Au programme : Le compostage domestique et Les fines herbes de la terre à la table. Coûts: 25$ et 30$ + taxes.
Info: lilimichaud.com

Pour toute activité horticole, écrivez-nous à courrierjardinierparesseux@yahoo.com.