L'oeuvre Crowd Sourced Wall au Design Museum, dans le quartier de Kensington, à Londres

Le Design Museum de Londres se redessine

Le Design Museum de Londres, qui avait fermé le temps de s'installer dans un nouveau bâtiment trois fois plus grand que l'ancien entrepôt de bananes qu'il occupait précédemment, rouvrira la semaine prochaine avec l'ambition de devenir un «centre mondial du design».
La réouverture du musée parachèvera un projet de rénovation de quelque 138,6 millions $ d'un bâtiment des années 60 à l'abandon qui avait autrefois abrité l'Institut du Commonwealth, dans un quartier cossu de l'ouest de la capitale britannique.
Ce Design Museum nouvelle version proposera quelque 1000 objets couvrant tous les domaines du design : de la mode, avec les talons hauts «Pigalle» de Christian Louboutin, à l'industrie automobile, avec la fameuse «Ford T» du constructeur éponyme.
«Notre ambition est de créer un lieu qui puisse devenir un centre mondial du design», a déclaré à l'AFP le directeur de l'établissement, Deyan Sudjic, lors d'une présentation à la presse, avant l'ouverture au public, le 24 novembre.
Le musée, conçu par l'architecte John Pawson, constitue lui-même une exploration intéressante de la discipline qu'il entend célébrer, avec un vaste hall paré de couleurs claires jouant sur les effets de lumière et la géométrie.
«C'est une magnifique nouvelle cathédrale du design», s'est félicité le fondateur du musée, le designer Terence Conran. «Elle permettra à nos rêves et à nos ambitions de devenir réalité», a-t-il ajouté, en estimant que ce musée n'avait pas d'équivalent dans le monde.
Fear and Love - Reactions to a Complex World, la première exposition temporaire, proposera 11 installations réalisées par des designers venant du monde entier, comme le Japonais Kenya Hara ou l'Américano-Israélienne Neri Oxman.
L'une d'elles, baptisée The Pan European Living Room est constituée d'un salon meublé avec des pièces de design provenant des 28 pays membres de l'Union européenne, symbolisant, comme une réaction au Brexit, l'effet de la coopération sur la composition des intérieurs domestiques.