Pour se faire encadrer dans son processus d'achat, les services d'un courtier immobilier sont conseillés, notamment lorsqu'il s'agit d'acquérir une copropriété.

Le courtier immobilier, «démineur» professionnel

On voit leurs noms et leurs visages partout, les courtiers immobiliers font depuis longtemps partie du paysage québécois. Mais au-delà des affiches plantées sur les terrains, ils sont des professionnels de la transaction immobilière, des intermédiaires aux aptitudes parfois méconnues. Présentation.
Le marché immobilier est un milieu vaste et complexe, qui apporte son lot de contraintes et de détails. Pour se faire encadrer dans son processus d'achat, les services d'un courtier immobilier sont conseillés, notamment lorsqu'il s'agit d'acquérir une copropriété.
«La vente de copropriété est nettement différente de la vente d'une maison unifamiliale», explique Yves Joli-Coeur, avocat spécialisé en droit de la copropriété. D'abord, la vérification est passablement plus lourde dans un condo parce que le risque d'oublier certains points est beaucoup plus élevé qu'une maison unifamiliale, que l'on peut circonscrire en faisant le tour. D'autre part, dans une copropriété, on n'achète pas uniquement un appartement, mais aussi une partie de la toiture, des corridors, des fenêtres, etc. «Le courtier est là pour voir à chaque détail. Il est formé pour mettre les choses en perspective», souligne M. Joli-Coeur.
Robert Nadeau, porte-parole de l'organisme d'autoréglementation du courtage immobilier du Québec, abonde dans le même sens. Il juge que les services d'un courtier sont une valeur ajoutée dans le processus d'achat d'une copropriété ou d'une résidence unifamiliale. «C'est [un travail] complexe. Il y faut prendre en compte les travaux à faire, vérifier les informations», en plus des rapports de conseils d'administration (dans le cas d'une copropriété), des relevés d'assurances et autres frais. Il y a beaucoup de recherche à faire et, pour cela, M. Nadeau croit que la participation d'un courtier est facilitante pour les gens.
Qualification
«Il y a de plus en plus de recours d'acheteurs contre les vendeurs en copropriété parce que l'acheteur a été mal informé en amont de la transaction», souligne Yves Joli-Coeur. Selon l'avocat, il est important que l'acheteur, avant de passer chez le notaire, soit au courant des conditions d'assurance et des franchises en cas de problème. La présence d'un courtier apporte la rigueur nécessaire à chacun des points de la transaction. «Le courtier immobilier est comme un démineur», illustre M. Joli-Coeur au sujet de tous les petits détails qui doivent être scrutés.
Luce Fecteau, présidente de la Chambre immobilière de Québec, précise que tous ne deviennent pas courtiers. Enfin, plus maintenant. Il faut désormais suivre une attestation d'études collégiales en courtage immobilier, un programme de 500 heures qui précède un examen que tous doivent réussir. Le courtier est formé pour avoir la perspective. Si le consommateur est souvent obnubilé par le petit prix, le courtier voit au-delà, pose les bonnes questions et représente les intérêts de son client. «L'achat d'une maison, c'est la plus grande transaction qu'un individu fait», évoque Mme Fecteau. Le courtier doit savoir installer un climat de confiance, avoir une belle présentation et accompagner les gens au meilleur sa connaissance, ajoute-t-elle.
Un bon courtier, en plus de sa formation, a une bonne discipline de travail et de la transparence. «La meilleure publicité d'un courtier, c'est le bouche-à-oreille», souligne M. Nadeau. «Il faut se sentir confortable avec son courtier. Il faut un contact physique et pour cela l'entrevue est primordiale. Le courtier doit arriver préparé, poser les bonnes questions. Il va identifier les besoins, les capacités de payer. C'est une discussion de plusieurs heures. Ensuite, on peut demander le degré de satisfaction de ses autres clients.»
Robert Nadeau ajoute que le métier «est mal connu. Les gens s'imaginent que c'est facile de vendre une propriété, mais c'est plus complexe. Il y a beaucoup de rédaction, de vérifications juridiques, sur le bâtiment. Le courtier est vraiment au centre de la transaction. Le souci du courtier immobilier est que la transaction se fasse. Un bon courtier sait qu'une transaction ne peut être faite à tout prix».