C'est en dépoussiérant son mobilier de jardin que l'idée d'une chaise longue à la fois esthétique, pratique et confortable est née dans l'esprit du designer montréalais Stéphane Leathead.

La sculpturale chaise Exocet

Elle intrigue, surprend, se métamorphose. Elle est un pur produit québécois. La chaise Exocet, en instance de brevet, serait de calibre pour se retrouver dans la nouvelle exposition consacrée au design d'ici, au Musée national des beaux-arts du Québec.
<p>Position assise, jambes allongées</p>
Déjà primée plusieurs fois au Canada, en Italie et en Corée, cette oeuvre d'art sculpturale est le premier meuble créé par Stéphane Leathead, designer montréalais et directeur de création de Designarium.
C'est en dépoussiérant son mobilier de jardin que l'idée d'une chaise longue à la fois esthétique, pratique et confortable est née dans l'esprit de ce spécialiste en design graphique et en image de marque.
Exocet est composée de 21 lattes de bois en contreplaqué de merisier russe pivotant autour d'un cylindre d'aluminium. Les lames peuvent être plaquées en érable, en chêne blanc, en cerisier, en noyer et en bois de Mozambique.
Quant au mécanisme de rotation, il permet une révolution de 360 degrés des deux sections et de multiples positions: assise, couchée, sur le ventre, sur le dos...
<p>La chaise Exocet emprunte son nom et sa forme à un poisson. «En combinant le "X" et le "O", je peux reproduire une des configurations possibles.»</p>
Poisson volant
Le nom, Exocet, s'est imposé de lui-même, explique Stéphane Leathead. «Lorsque la chaise est configurée avec les sections qui s'entrecroisent, elle ressemble à un poisson. C'est en cherchant le nom d'un poisson que la solution graphique est apparue. En combinant le "X" et le "O", je peux reproduire une des configurations possibles.»
Quant aux lattes, elles ne sont pas sans rappeler les ailes de l'exocet, un poisson volant.
Durant sa carrière, Stéphane Leathead a notamment travaillé à Singapour, une expérience qui n'est pas étrangère à la pureté déconcertante de sa chaise. «Mon parcours m'a amené à toujours rechercher la simplicité, l'essentiel. Mon séjour en Asie a influencé et influence toujours mon travail. J'adore la culture du papier et le raffinement japonais», indique le designer.
<p>Position couchée</p>
Édition limitée
À ce jour, cinq exemplaires numérotés d'Exocet ont été conçus à la main. Stéphane Leathead travaille avec plusieurs fournisseurs locaux pour les différentes étapes de fabrication et il fait l'assemblage lui-même.
Quatre chaises ont déjà trouvé preneur en Afrique du Sud, en Suisse et au Québec. Reste à vendre l'unique chaise noire produite. L'Exocet se détaille à 10 000 $.
Stéphane Leathead a récemment reçu l'approbation d'une subvention du gouvernement du Québec par le programme Premier brevet pour appuyer sa démarche. Une histoire à suivre.